Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 10:00

Un jour viendra où nous devrons toutes et tous répondre de nos actes... des meilleurs, comme des moins bons... et aussi des pires.

 

Peu importe notre couleur de peau, notre classe sociale, notre fortune, nos diplômes; un jour viendra où le livre de notre vie sera ouvert et apparaîtra à la Lumière... et ce, pour l'éternité !

 Album Il y a toujours quelqu'un 01

     

C'est comme quand nous entrons dans un supermarché... à un moment donné nous devons passer à la caisse et payer... un certain prix !

 

La chanson de Philippe Decourroux ne va pas par 4 chemins, si j'ose m'exprimer ainsi...

 

Alors je vous laisse écouter et lire ces paroles, pour le moins puissantes, qui ne laissent pas indifférents... Elles sont issues de son dernier album "Il y a toujours quelqu'un."

 

Je vous invite à écouter cette chanson tout en visionnant le vidéo-clip ci-dessous... 

  

 

 

 

Des six milliards d’humains sur ce même grain de sable

Qui n’est qu’un petit point perdu dans l’insondable

Il y a ceux qui ont les droits de l’homme

Et ceux qui ont que l’droit d’se taire

Il y a ceux qui surconsomment

Et ceux qui crèvent la misère

Ceux qui font des discours pour masquer l’injustice

Et les appels au secours de ceux qui la subissent

Il y a ceux qui passent leur vie à voler et détruire

Ce que d’autres avaient mis des années à construire

Et puis ces dirigeants, criminels impunis

Devant qui certains grands déroulent leur tapis

Les appelant « amis » malgré le sang versé

Et qui reste à jamais témoin de leur folie

   

À tous les puissants du monde

Présidents, décideurs

Les grands qui mènent la ronde

Où l’argent règne en maître et seigneur

Ceux pour qui tout est possible à qui tous les coups sont permis

Protégés invincibles cachés sous de faux alibis

À ceux qui ont tous les droits l’immunité des plus forts

Qui trônent au-dessus des lois en toute impunité encore et encore

Ceux qui jouent avec le crime les innocents aux mains sales

Du sang de leurs victimes sans âme et sans morale

   

Si Dieu semble laisser faire si le mal a triomphé

Un jour viendra où il faudra payer

Un jour viendra où les livres seront ouverts

Un jour viendra où les comptes seront réglés

Un jour viendra où les ténèbres fuiront devant la lumière

Et personne ne pourra plus rien cacher

   

À tous les laissés pour compte, les éternels oubliés

Ceux qui ont connu la honte et l’abandon

Parce qu’ils n’étaient pas bien nés

À tous les enfants meurtris, abusés et déchirés

Par ceux qui s’en sont servis jusqu’à tuer leur dignité

   

Si Dieu semble sur la terre vous avoir oubliés

Un jour viendra où vos larmes seront séchées

Un jour viendra où les livres seront ouverts

Un jour viendra où les comptes seront réglés

Un jour viendra où la justice enfin va triompher

Et les derniers seront les premiers

   

Un jour viendra où les livres seront ouverts

Un jour viendra où les comptes seront réglés

Un jour viendra où il sera trop tard pour regretter

Les jeux seront faits pour l’éternité

   

Quand s’allumeront les projecteurs sur l’écran du film de ma vie

Et que tous seront spectateurs de ce que j’croyais avoir enfoui

De tout le mal que j’ai pu faire et du bien que je n’ai pas fait

De tout ce que j’ai foutu en l’air et d’l’amour qu’j’ai pas su donner

Est-ce que j’pourrai rester debout, et affronter la Vérité

Ou est-ce que je pense être assez fou

Pour croire que je pourrai m’en tirer encore

Encore, alors que j’ai tout foiré

Quand s’éteindront les projecteurs

Et que la porte va s’refermer

J'serai là, mais... mais de quel côté ?

 

(Philippe Decourroux)

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 10:00

Voici les paroles d'une chanson "Pardonnez-moi" que vous trouverez dans le dernier album "Il y a toujours quelqu'un" de Philippe Decourroux.

 

Personnellement, ces paroles m'ont beaucoup touché... Peut-être en sera-t-il de même pour vous ?

 

Album Il y a toujours quelqu'un 01

 

 

Pardonnez-moi

De n’être pas celui que vous voudriez que je sois

Pardonnez-moi

D’entrer dans votre vie comme un invité qu’on n’attend pas

Pardonnez-moi

D’oser les mots qui font mal

Montrer vos tombeaux déchirer les voiles

Pardonnez-moi de jouer la vérité la transparence

D’oser briser les tables des lois de vos silences

De pas supporter l’idée de rester sans rien faire

Vous r’garder ramper dans la poussière

Pardonnez-moi

Pardonnez-moi

De parler de la vie après cette vie

Pardonnez-moi

D’oser affirmer qu’on n’ira pas tous au paradis

Pardonnez-moi

De percer vos secrets de poser les questions à pas poser

Pardonnez-moi de vous bousculer dans vos habitudes

De douter, renverser vos certitudes

De vous aimer assez pour pas rester sans rien faire

Vous r’garder ramper dans la poussière

Pardonnez-moi

Pardonnez-moi d’oser percer les murs de vos prisons

Pardonnez-moi de r’garder plus loin et plus profond

Pardonnez-moi de lancer des pavés dans la mare

Pardonnez-moi d’insister avant qu’il ne soit trop tard

Pardonnez-moi de parler au nom de la Vérité

Pardonnez-moi la confusion semée dans vos pensées

Pardonnez-moi de faire la guerre à ce qui vous détruit

J’peux pas rester sans rien faire quand se joue votre vie

C’est plus fort que moi

Pardonnez-moi

     

(Philippe Decourroux)

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 15:00

C'est avec l'accord de l'auteur, Philippe Decourroux, que je mets les paroles suivantes sur ce blog : "Les filles de l'Est."

 

Album A contre courant 02

 

Cette chanson se trouve dans le double-album ci-dessus intitulé "A contre-courant" et vous pouvez visionner le clip vidéo ci-dessous...  

  

 

 

 

Vous pouvez également écouter un extrait de cette chanson en vous rendant sur le site d'Espoir Diffusion.

 

Je vous laisse prendre connaissance de la puissance de ces paroles qui dénoncent le trafic des femmes à des fins de prostitution et qui dérangent les politiques...

 

Elles rêvaient comme rêvent les filles de leur âge

Elles rêvaient comme on rêve quand on a 17 ans

Elles rêvaient de quitter leur quartier leur village

Et puis un jour d’aimer et d’avoir des enfants

Les filles de l’Est

Elles rêvaient d’échapper à ce destin trop dur

Qui avait condamné leurs mères derrière le mur

Elles rêvaient d’évasion, à mille lieux de croire

À la pire des prisons, au pire des cauchemars

Les filles de l’Est

   

Oksana, Marouchka et les autres

Piégées par des barbares elles pouvaient pas savoir

Esclaves dans la gueule de ces chiens

Elles étaient innocentes

Ils les ont faites putains

   

Je déclare la guerre à tous les salopards

Tous les marchands de chair et tous les charognards

Ceux qui vendent des filles contre quelques dollars

Et ceux qui les ont prises sans chercher à savoir

Je déclare coupables tous ceux qui ne font rien

Politiques et notables qui s’en lavent les mains

Je déclare coupables tous les porcs dégueulasses

Capables d’oser encore se r’garder dans la glace

Je déclare la guerre au marché de la honte

Et des vies qu’on enterre dans des bordels immondes

Et au nom des victimes, j’appelle à se lever

Pour dénoncer ce crime contre l’humanité

   

Oksana, Marouchka et les autres

Si pour vous c’est trop tard

Un jour ils vont payer

Vos larmes et vos corps déchirés

On laissera pas tomber on va pas oublier

Les filles de l’Est

Les filles de l’Est

     

(Philippe Decourroux)

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche