Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 16:03
Dieu n'est pas mort (3)

Dieu n'est pas mort 3: Une lumière dans les ténèbres (God's Not Dead: A Light in Darkness) est un film chrétien américain réalisé par Harold Cronk, sorti le .

 

Avec Jennifer Taylor, John Corbett, Tatum O'NealTed McGinley, Shane Harper, David A. R. White, Cissy Houston, Samantha Boscarino, Mike Manning, Shwayze et Gregory Alan Williams. 

 

Source : Wikipedia

Dieu n'est pas mort (3)
Dieu n'est pas mort (3)

Synopsis

 

Après la sortie de prison du révérend David Hill (comme on le voit dans le film précédent), une controverse est suscitée contre l'église St. James de Dave, située sur le campus universitaire. Cela amène le collège à entamer le processus de fermeture de l'église, à la grande consternation de Dave et de sa partenaire Jude. Lorsqu'ils ont été informés de la décision de fermer l'église et de la remplacer par un bâtiment permettant d'agrandir l'école, Dave et Jude ont entamé le processus de poursuite du collège pour sauver St. James. Les choses s'aggravent quand Adam Richertson, étudiant, en signe de protestation, jette une brique dans l'église, allume un feu qui tue Jude et détruit presque l'église. Dave est obligé de s'attaquer à la perte de son cher ami. Adam est horrifié par ses actes et envisage d’avouer le crime, ce qui le conduit à renouer le contact avec sa petite amie sceptique, Keaton.

Dieu n'est pas mort (3)
Dieu n'est pas mort (3)

Pendant le procès contre l'école, Dave demande l'aide de son frère, l'avocat Pearce Hill, qui tente d'expliquer à Dave que cette affaire ne vaut pas la peine de se battre. Dave refuse d'écouter les conseils de son frère et poursuit l'affaire devant le tribunal. Après avoir échoué à parvenir à un règlement avec le collège, la date du procès est fixée pour le procès. Au même moment, Adam envoie un texte anonyme à Dave, avouant le feu de l'église et obligeant Dave, furieux, à l'assailler devant lui. Cela blesse gravement le procès et conduit à l’arrestation d’Adam et à son inculpation.

Dieu n'est pas mort (3)
Dieu n'est pas mort (3)

Après avoir cherché l'aide de Dieu dans l'église par la prière, Dave finit par se rendre compte que son cas n'a fait qu'empirer les choses et que Saint-Jacques n'est pas la bonne église pour Dieu et ses disciples. Il abandonne son action en justice, parvient à un règlement à l'amiable avec le collège et, après s'être entretenu avec un Adam repentant et avoir consulté la famille de Jude, il demande finalement que les poursuites pénales contre Adam soient abandonnées. Il annonce ensuite aux manifestants de son collège que, si St. James sera démoli, il rouvrira une nouvelle église située non loin de l'école pour les futurs adeptes.

 

Distribution et DVD : SajeDistribution

Dieu n'est pas mort (3)
Dieu n'est pas mort (3)

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 15:11
Dieu n'est pas mort (2)

Dieu n'est pas mort 2 (God's Not Dead 2) est un film chrétien américain réalisé par Harold Cronk, sorti le 1er avril 2016.

 

Avec Melissa Joan HartJesse MetcalfeDavid A. R. WhiteHayley OrrantiaSadie RobertsonErnie Hudson, Pat BooneFred Dalton ThompsonRobin GivensCarey Scott, Maria Canals-BarreraRay WiseJon LindstromEamonn McCrystal et Abigail Duhon.

 

Source : Wikipedia

Dieu n'est pas mort (2)

Synopsis

 

La professeure d'histoire AP, Grace Wesley, une fervente chrétienne évangélique, remarque que l'une de ses étudiantes, Brooke Thawley, est distante à la suite du décès accidentel de son frère. Brooke, très impliquée dans ses études, remarque l'attitude remplie d'espoir de Grace et demande où Grace trouve son optimisme. Grace répond "Jésus" et Brooke commence à lire la Bible elle-même. Alors que Grace donne des conférences sur Mahatma Gandhi et Martin Luther King, Jr., Brooke demande si leurs enseignements pacifiques ont un rapport avec le récit biblique du sermon sur la montagne. Grace répond par l'affirmative et relie des parties des Écritures à ses enseignements. Un élève envoie immédiatement un message à ses parents au sujet de la classe et la réaction qui en résulte attise la colère de la directrice Kinney. Elle réprimande Grace en disant que la foi de l'enseignante obscurcissait son jugement. Grace est ensuite traduite devant la commission scolaire, qui l'informe qu'une action en justice sera intentée contre elle car elle a violé la séparation de l'église et de l'État. Le cas de Grace attire l'attention de Tom Endler, un jeune avocat de la défense catholique qui est prêt à l'aider alors qu'il est lui-même un incroyant.

Après avoir parlé à son ami Josh, Martin Yip, un étudiant, rend visite au pasteur David Hill (David R. White) pour lui poser plusieurs questions sur Dieu. L'ancienne blogueuse de gauche, Amy Ryan, se rend à l'hôpital pour vérifier son cancer, pour constater qu'il a miraculeusement disparu. Elle parle à Michael Tait, de Newsboys, qui l'encourage, affirmant qu'avec la foi, les prières peuvent être exaucées. Amy réfléchit à cela et, plus tard, fait de son blog un journal de ses aventures avec Dieu.

Dieu n'est pas mort (2)

Le conseil scolaire porte la cause de Grace devant un juge de Little Rock, dans l'Arkansas, dans l'espoir d'obtenir son licenciement et de la dépouiller de sa licence d'enseignante, à moins qu'elle ne présente des excuses, ce que Grace refuse de faire. A la grande horreur de Brooke, le procureur Pete Kane déclare que le procès "prouvera une fois pour toutes que Dieu est mort". Son plaidoyer préliminaire suggère que la société des États-Unis va s'effondrer si Grace n'est pas reconnue coupable. Endler répond en déclarant que Grace faisait simplement son travail et que la loi séparant église et État a été écrite par Thomas Jefferson dans le but de protéger l'église et non de la persécuter. Kane construit un dossier solide contre Grace en présentant des témoins tels que les parents de Kinney et Brooke, ce qui incite Endler à repenser sa défense. Pendant ce temps, Brooke est solidaire de ses amis contre Kinney. La défense reçoit un autre coup lorsque son témoin clé, David, tombe malade. J. Warner Wallace, apologiste chrétien, est appelé à titre de témoin expert. Il soutient qu'il est illogique de penser que l'Évangile est un complot, car malgré la persécution et la mort, aucun des apôtres n'a jamais retiré les récits de la vision de Jésus ressuscité. Kane est surpris d'apprendre que Wallace était autrefois un athée converti au christianisme.

Dieu n'est pas mort (2)

Amy encourage Brooke à suivre son cœur, malgré ce que les autres lui font faire. Martin est surpris de retrouver son père dans son dortoir universitaire. M. Yip reproche avec colère à Martin de suivre Dieu malgré les sacrifices de la famille. Martin refuse de nier Dieu, et M. Yip le renie, puis s'en va. Martin au cœur brisé se rend à l'église où il trouve Brooke. Ils parlent de Dieu et Martin finit par amener Brooke à Dieu. Plus tard, Brooke organise une manifestation pour soutenir Grace.

Brooke est autorisée à témoigner. Kane est capable de la faire croire en admettant que c'était Grace et non Brooke qui avait initié leur première conversation à propos de Jésus. Alors que Grace est de plus en plus découragée, Brooke et ses amis lui chantent une chanson pour tenter de lui donner un moral. Martin rend visite à David à l'hôpital avec son ami Jude et annonce qu'il se sent appelé comme pasteur en Chine. En utilisant une tactique pour positionner Grace en tant que témoin hostile, Endler demande au juge d'informer le jury de ne pas laisser leur parti pris ou leurs préjugés interférer avec leur verdict.

Dieu n'est pas mort (2)
Dieu n'est pas mort (2)

Partager cet article

Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 10:48

Les Pouvoirs de la prière (War Room) est un film chrétien américain réalisé par Alex Kendrick, sorti le 28 août 2015 aux États-Unis. Le film a récolté 73,9 millions de dollars au box-office mondial pour un budget de 3 millions de dollars.

 

Avec Alex Kendrick , Priscilla ShirerT.C Stallings, Karen AbercrombieBeth Moore, Michael Jr., Alena Pitts, Tenae Downing et Ben Davies.  

 

Source : Wikipedia 

Les pouvoirs de la prière (War Room)

Synopsis

 

Tony et Elizabeth Jordan ont une grande maison, une belle fille, et beaucoup d'argent. En dépit de leur succès apparent, ils font face à des difficultés dans leur mariage. Tony, un vendeur pharmaceutique, n'est presque jamais là pour sa fille, Danielle. Il manifeste certains comportements de violence verbale envers sa femme et a des idées d'infidélité conjugale.

Elizabeth, agent immobilier, va visiter une cliente, Mlle Clara, qui veut vendre sa maison. Mlle Clara détecte le stress d'Elizabeth et invite Elizabeth à lutter pour leur mariage en priant pour Tony. Mlle Clara montre à Elizabeth un placard spécial qu'elle a consacrée à la prière, et qu'elle appelle sa salle de guerre (War Room), parce que, comme elle le dit : « Afin de se lever et de combattre l'ennemi, vous devez vous mettre à genoux et prier ».

Elizabeth prend alors la bonne décision, à savoir celle de se battre pour sa famille...

Les pouvoirs de la prière (War Room)
Les pouvoirs de la prière (War Room)

La grâce et le pardon de Dieu

Partager cet article

Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 09:59

Battante (Overcomer) est un film chrétien américain réalisé par Alex Kendrick, sorti le 23 août 2019 aux États-Unis. Trois semaines après sa sortie, le film a récolté 38 millions de dollars au box-office mondial pour un budget de 5 millions de dollars.

 

Avec Alex KendrickAryn Wright-ThompsonShari RigbyPriscilla ShirerCameron ArnettJack Sterner et Ben Davies.

 

Source : Wikipedia

Battante (Overcomer)
Battante (Overcomer)
Battante (Overcomer)
Battante (Overcomer)

Synopsis

 

John Harrison (Alex Kendrick), est entraineur de basketball dans une école secondaire. En raison de la fermeture d’entreprises dans la ville et du départ de plusieurs familles, il accepte d’être l’entraineur de course à pied d’Hannah Scott (Aryn Wright-Thompson) qui est asthmatique. Le cheminement sportif d’Hannah s’accompagnera d’une découverte de soi qui répondra à une question qui la préoccupait depuis longtemps.

Cameron Arnett
Cameron Arnett
Cameron Arnett

Cameron Arnett

L'acteur Cameron Arnett, dont la carrière dans les années 80-90 était florissante, a tout perdu pour avoir choisi d'honorer Dieu et de ne pas renier ses convictions chrétiennes. En cliquant sur ce lien chretiens.info, vous pourrez lire l'article complet sur ce sujet.

 

Cameron Arnett n'est pas le seul acteur chrétien à qui Hollywood, entre autres, a demandé de renier sa foi en Jésus-Christ. Et il n'est pas non plus le seul à avoir refusé de le faire et d'obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. A noter qu'il s'agit de discrimination religieuse, mais Dieu est au-dessus de cela ! Alléluia !

Battante (Overcomer)

Partager cet article

Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 10:11

Avez-vous la foi ? (Do You Believe?) est un film chrétien réalisé par Jon Gunn, sorti en 2015.

 

Avec Mira SorvinoSean AstinAlexa PenaVegaDelroy LindoTed McGinleyAndrea Logan WhiteCybill Shepherd, Lee Majors et Madison Pettis.

 

Source : Wikipedia

Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)
Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)

Synopsis

 

Un pasteur marié, Matthew, est frappé par la foi inébranlable en Dieu qu'un vieux prédicateur déclame en pleine rue et décide de mettre la sienne en actes. Cela va provoquer une réaction en chaîne sur 12 personnes différentes dont les destins vont s'entrecroiser : un couple endeuillé par la mort de leur enfant tué par un chauffeur ivre, une veuve sans-abri et sa fille adolescente, une infirmière dont le frère soldat vient de rentrer de guerre, une jeune fille enceinte qui fugue car ses parents veulent la faire avorter ou encore deux membres d'un gang violents. Qu'ils soient croyants ou non, le destin et la foi les réunissent autour de la même question : Est-ce que vous y croyez? Est-ce que vous avez la foi?

 

Distribution et DVD : Saje Distribution

Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)
Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)

Remué par le questionnement troublant d’un prédicateur de rue, le pasteur Matthieu décide de mettre sa propre foi en acte. Cela va provoquer une réaction en chaîne sur 12 personnalités différentes, dont les destins vont s’entrecroiser, toutes confrontés à la même question : Avez-vous la foi ?

 

Le film « Avez-vous la foi ? » pose dès les premières scènes la question de la foi en pratique. Alors qu’un pasteur exerce son ministère au quotidien tout en le conciliant avec sa vie privée, un étrange prédicateur de rue croise son chemin et, à l’image du fameux chemin de Damas, tout s’éclaire : ne sommes-nous pas parfois aveugles et « coupés » dans notre foi, tiraillés entre pratique religieuse et vie civile ? Certes, tout dissuade de nos jours de confondre ces deux sphères. Le concept de plus en plus extensif de laïcité conduit à suspecter bien souvent tout acte de foi comme un prosélytisme blâmable, ainsi que le démontre la scène poignante du sauveteur chrétien condamné pour avoir aidé spirituellement un mourant lors d’une de ses missions. C’est justement ce point fondamental qui se trouve questionné par cette réalisation dynamique et efficace, au rythme enlevé, certes « à l’américaine », mais tenant le spectateur en haleine jusqu’à son terme.

Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)
Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)

L’entrecroisement des vies

Ce film de Jon Gunn, qui a également réalisé « Jésus l’enquête », séduira surtout pour le questionnement fondamental qu’il insuffle : « Avez-vous la foi ? » et son corollaire indispensable : « Comment se manifeste-t-elle ? ».

À partir de zones critiques vécues par les protagonistes – 12 en l’espèce pour un chiffre éminemment symbolique – le réalisateur parvient à suggérer nos limites, réserves et parfois même réticences à offrir, donner et mettre en pratique notre foi, telle cette scène poignante de l’épouse du pasteur refusant d’héberger une jeune femme sans domicile fixe…

Si le film n’évite pas un certain esprit évangélisateur à l’américaine, il pose cependant de vraies questions, à partir d’exemples concrets et vécus, des situations auxquelles nous sommes confrontés au quotidien, parfois au seuil même de nos parvis, et que nous risquons malheureusement de vivre et connaître de plus en plus en ces temps difficiles de crise.

Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)
Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)

La valeur suprême du don

Parmi les nombreuses valeurs développées dans ce film décidément riche, celle du don gratuit et du partage ressort, bien sûr, de manière flagrante. Ce qui peut sembler une évidence dans le principe se retrouve, ici, traité plus concrètement par un appartement prêté à une personne à la rue, une main tendue à celui qui a tout perdu, et surtout le don de l’amour sans retour qui irradie ce film sensible.

Tout n’est pas rose cependant, la violence peut même être abordée avec le personnage du jeune délinquant au bord du gouffre mais qui par un regard percevra la lumière de la transcendance. « Avez-vous la foi ? » est l’exemple même de film qui pourra offrir de longs instants de débat notamment pour les jeunes au catéchisme mais également entre adultes lorsque ces questions viennent à  nous bousculer dans notre vie personnelle ou plus légèrement au détour d’une discussion...

Avons-nous réellement la foi ?  Une vaste et pertinente interrogation qu’explore de manière saisissante ce film à découvrir en VOD et DVD.

 

Source : Aleteia

Avez-vous la foi ? (Do you believe ?)

Partager cet article

Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 08:53

Je n'ai pas honte (I'm not ashamed) est un film biographique chrétien réalisé par Brian Baugh et qui est basé sur le journal de Rachel Scott, la première victime du massacre de Columbine High School à Columbine, Colorado. Rachel Joy Scott, interprété par Masey McLain, sert de protagoniste du film ; l'histoire de 2 tueurs, Eric Harris et Dylan Klebold. Le film est distribué par Pure Flix Entertainment,

 

Avec Masey McLain, Ben Davis, Emma Elle Roberts, Jennifer O'Neill, Sadie Robertson, Korie Robertson et Jaci Velasquez.

 

Source : Wikipedia

Masey McLain qui interprète le rôle de Rachel Joy Scott

Masey McLain qui interprète le rôle de Rachel Joy Scott

Synopsis

 

À Littleton, dans le Colorado, la jeune Rachel voit son père quitter sa famille au milieu d’une nuit. Sa mère se débat alors financièrement et encourage ses enfants à prier pour obtenir de l'aide. Rachel commence à cheminer personnellement dans la foi, et à partager à ses proches l’espérance qui l’anime, y compris à ceux qui deviendront ses meurtriers...

 

Rachel Joy Scott

Rachel Joy Scott

Le massacre au Lycée de Columbine

 

Le 20 avril 1999, l’horreur s’est installée au lycée de Columbine et a profondément marqué les États-Unis. Deux élèves, Dylan Klebold et Eric Harris, décident de plonger leur établissement dans l’un des massacres les plus meurtriers perpétrés dans une école. À l’issue de cette tuerie, Columbine pleure la mort de douze élèves et un enseignant. Les tireurs retourneront finalement leurs armes contre eux-même. Parmi leurs victimes, Rachel Joy Scott, une adolescente chrétienne. Le film « Je n’ai pas honte » est inspiré de son histoire.

Je n'ai pas honte (I'm not ashamed)
Je n'ai pas honte (I'm not ashamed)

Une histoire vraie

 

« Je n’ai pas honte » est donc inspiré de la vie de Rachel Joy Scott. Rachel grandit dans le Colorado auprès de sa mère qui se débat pour assumer financièrement sa famille après le départ de son mari. C’est en Dieu que Rachel va finir par trouver son refuge. Là est probablement l’une des belles réussites de ce film, qui dépeint avec justesse les aléas de la vie d’une jeune fille qui tente de s’accrocher avec sa foi tout en se heurtant à sa vie d’adolescente. C’est ainsi que les pensées écrites dans son journal se mêlent à une réalité complexe, autour d’un fil rouge, la jeune fille souhaite toucher « des millions de coeurs ».

Face à l’évolution de cette jeune chrétienne, celle, plus sombre, des agresseurs. Là encore, le film réussit à nous plonger dans l’univers de ces deux jeunes en proie aux idées morbides, jusqu’à ce qu’ils commettent l’irréparable. Rachel sera leur première victime.

Dans « Je n’ai pas honte », Brian Baugh arrive avec brio à entremêler l’histoire d’une jeune adolescente qui veut grandir dans la foi, et croit à l’idée que l’on peut changer le monde, et celle de deux autres qui ont préféré suivre une voie plus sombre. Pour Forbes, il s’agit s’un « film digne d’éloges ». Les producteurs de « Jésus l’enquête » et « Dieu n’est pas mort » signent là un film à ne pas manquer.

« Je n’ai pas honte » est actuellement disponible en DVD auprès de Saje Production. 

M.C.

 

Source : InfoChrétienne.com

Je n'ai pas honte (I'm not ashamed)
Je n'ai pas honte (I'm not ashamed)
Je n'ai pas honte (I'm not ashamed)

Vidéo en hommage au massacre du 20 avril 1999 au lycée "The Columbine High School"

Partager cet article

Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 09:31

La Voix du pardon (I Can Only Imagine) est un film biographique chrétien américain réalisé par les frères Andrew et Jon Erwin, sorti en 2018. Il s’agit de l’histoire vraie de Bart Millard du groupe MercyMe et de la chanson I Can Only Imagine (1999).

Avec Dennis Quaid, Trace Adkins, J. Michael Finley, Brody Rose et Madeline Carroll.

Source : Wikipedia

La voix du pardon (I can only Imagine)

Synopsis

Au Texas, Bart Millard, 10 ans, abandonné par sa mère, doit subir au quotidien la violence d’un père alcoolique. Des années plus tard au lycée,sa passion pour la musique lui donne l’occasion de s’évader loin de son père, avec son groupe. Mais pour parvenir au sommet comme artiste,il va devoir affronter son passé. Trouvera-t-il assez d'amour, de foi et de compassion pour pardonner à son père ?

Découvrez l'histoire vraie du chanteur Bart Millard, auteur du double disque de platine : I Can Only Imagine.

Brody Rose (Bart Millard, 10 ans), J. Michael Finley (Bart Millard dans le film) et le vrai Bart Millard
Brody Rose (Bart Millard, 10 ans), J. Michael Finley (Bart Millard dans le film) et le vrai Bart Millard
Brody Rose (Bart Millard, 10 ans), J. Michael Finley (Bart Millard dans le film) et le vrai Bart Millard

Brody Rose (Bart Millard, 10 ans), J. Michael Finley (Bart Millard dans le film) et le vrai Bart Millard

MercyMe est l'un des groupes de musique chrétienne contemporaine le plus connu. Sa chanson « I Can Only Imagine » sortie en 1999 a été double disque de platine. Mais alors que son auteur Bart Millard admet l’avoir écrite en dix minutes, il lui aura finalement fallu toute une vie pour l’imaginer. « La voix du pardon » est un biopic musical sur la vie de cet homme abandonné par sa mère et battu par son père qui s’est finalement accompli dans la musique. (Cinéphiles 44)

 

Ce film raconte une histoire vraie comme il en existe hélas beaucoup trop : violences verbales, père abusif, coups, abandon par la mère, enfance brisée,... mais il raconte aussi une histoire comme il pourrait en exister beaucoup plus. : pardon, réconciliation, rédemption, espoir,... Je vous recommande d'aller voir ce film et de le laisser vous toucher, vous, afin que votre histoire change. Votre passé n'est pas obligé de détruire votre avenir. (Eric Célérier, fondateur du TopChrétien)

Dennis Quaid joue le père de Bart Millard
Dennis Quaid joue le père de Bart Millard

Dennis Quaid joue le père de Bart Millard

I Can Only Imagine · J. Michael Finley I Can Only Imagine (Original Movie Soundtrack)

Je ne peux qu'imaginer (La voix du pardon) par Glorious et Grégory Turpin

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2019 2 22 /10 /octobre /2019 12:40
Dieu n'est pas mort

Dieu n'est pas mort (God's Not Dead) est un film chrétien américain réalisé par Harold Cronk, sorti le 21 mars 2014.

 

Le film a été un succès commercial aux États-Unis, où il a récolté plus de 60 millions de dollars au box-office pour un budget de 2 millions de dollars. Il s'agit ici du premier volet d'une trilogie.

 

Avec Kevin Sorbo, Shane Harper, David A. R. White, Dean Cain, Trisha LaFache et Cassidy Gifford.

 

Source : Wikipedia 

Dieu n'est pas mort
Dieu n'est pas mort

Synopsis

 

Josh Wheaton (Shane Harper), un étudiant chrétien évangélique, est inscrit dans un cours de philosophie enseigné par le professeur Jeffrey Radisson (Kevin Sorbo).

Ce dernier exige que ses étudiants signent une déclaration que « Dieu est mort » pour passer. Josh est le seul étudiant qui refuse de signer.

Lui-même athée, Radisson demande à Josh de débattre du sujet avec lui et décide de laisser les membres de la classe décider du gagnant. La petite amie de Josh, Kara, demande à celui-ci soit de signer la déclaration « Dieu est mort » ou de laisser tomber la classe de Radisson, parce que cela mettrait en péril leur avenir académique. Kara rompt avec Josh qui tient à sa foi en Dieu. Radisson donne à Josh vingt minutes à la fin des trois premières sessions de cours pour faire valoir que Dieu existe. Dans la première session, Josh présente son témoignage que Dieu a créé l'univers. Dans la deuxième session, Josh fait valoir que la théorie de l'évolution n'est pas aussi solide que généralement présentée.

Dans les deux premières sessions, Radisson a des contre-arguments pour certains des points de Josh. En fin de compte, il revient au troisième et dernier débat de Josh, qui a de nouveaux points convaincants à défendre. Josh arrête alors sa ligne de débat pour poser une question au professeur...

 

Source : Wikipedia

 

Distribution et DVD : SajeDistribution

 

Dossier de presse : SajeDistribution

Dieu n'est pas mort
Dieu n'est pas mort

Un vrai miracle

Kevin Sorbo s’est fait connaître des chrétiens en francophonie grâce à son rôle dans le film « Dieu n’est pas mort ». Il vient d’exprimer sa gratitude envers Dieu après que sa maison a été épargnée lors des récents incendies de forêt en Californie.

Le couple se tenait dans la prière pendant que l’incendie faisait rage dans leur quartier. Interrogé par Pure Flix à l’occasion de Thanks Giving, Kevin Sorbo a raconté que les flammes se trouvaient à seulement un mètre de leur maison quand l’incendie s’est mystérieusement arrêté. Plusieurs maisons alentours ont tristement été détruites par le terrible incendie.

« Nous avons survécu aux incendies et notre maison est intacte, même si l’incendie s’est approché et s’est rapproché de très près. Pourquoi cela s’est-il arrêté, je ne sais pas. C’est un miracle. »

La rédaction

 

Source : InfoChrétienne.com

Kevin Sorbo

Kevin Sorbo

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 15:16

Miracles du Ciel (Miracles from Heaven) est un drame chrétien américain réalisé par Patricia Riggen, sorti en 2016.

 

Il s’agit de l’adaptation du livre Miracles from Heaven: A little Girl, Her Journey to Heaven and Her Amazing Story of Healing de Christy Beam, publié en 2015 : il s'inspire de la vie d'Anna, dix ans, qui aurait été miraculeusement guérie d'une maladie incurable après un accident grave pendant lequel elle vit une expérience de mort imminente.

 

Avec Jennifer Garner, Kylie Rogers, Martin Henderson, Eugenio Derbez, Queen Latifah, Brighton Sharbino, John Carrol Lynch et Bruce Altman

 

Source : Wikipedia

Miracles du ciel
Miracles du ciel
Miracles du ciel

Synopsis

 

Le film est situé dans la ville de BurlesonTexas.

 

Une jeune fille de dix ans nommée Anna Beam (Kylie Rogers), fille de Christy Beam (Jennifer Garner) souffre d'une pseudo-obstruction intestinale chronique (POIC) qui est une maladie rare de la motilité gastro-intestinale et est incapable de manger. Christy décide d’emmener sa fille Anna consulter le Dr. Nurko, à l’hôpital pédiatrique de Boston. Au cours de cette épreuve, Anna et sa mère se lient d'amitié avec une serveuse, Angela (Queen Latifah).

 

En rentrant chez elle au Texas, Anna chute de plusieurs mètres dans le creux d'un arbre et juste au moment où il semble que tout espoir est perdu, un miracle se produit. Lorsque Anna est examinée à l'hôpital pour enfants de Boston, il n'y a plus aucune trace de sa maladie.

 

La guérison miraculeuse que connaît la petite Anna Beam est racontée dans un livre par sa mère Christy Beam.

 

 

Source : Wikipedia

Miracles du ciel
Miracles du ciel

« Miracles from Heaven » (miracle venu du ciel) est un film basé sur une histoire vraie qui raconte la vie d’une fillette de 9 ans qui est miraculeusement guérie d’une maladie incurable après un accident grave pendant lequel elle vit une expérience de mort imminente.

 

A cause d’une maladie grave au niveau intestinal (pseudo-obstruction motility disorder) Anna, une fillette de 9 ans, ne peut pas manger correctement, est intubée et passe de nombreuses visites médicales, fait de nombreux séjours hospitaliers, pendant lesquels elle doit subir des examens douloureux.

 

Face à la maladie pour laquelle aucun traitement n’existe, Christy Beam, sa mère explore humainement toutes les options médicales pour soulager les douleurs de son enfant, allant jusqu’à Boston rencontrer un médecin spécialiste des enfants très renommé, le Dr Nurko.

 

Tiraillée entre sa consécration à Dieu et la maladie qui ravage le corps de sa fille, elle implore également la guérison divine même au milieu de période de doute intense et de désespoir. Dans un premier temps, les choses semblent ne pas aller mieux, au contraire, elles vont plus mal. Elle éprouve alors le sentiment d’être éloignée de Dieu, et s’isole de sa communauté d’église et même de son mari.

 

De son côté, Anna, généralement optimiste, a quelquefois du mal à supporter sa maladie. Un jour, elle dit même : « Maman, je veux juste mourir, aller au ciel et être avec Jésus où il n’y a pas de douleur. »

 

Jusqu’au jour de l’accident… qui va totalement changer la vie de la fillette. Elle tombe, 9 mètres plus bas sur la tête, dans le creux d’un arbre. Elle vit une expérience de mort imminente mais ressort pourtant indemne de cet accident, avec seulement quelques égratignures et totalement guérie de sa maladie. Un vrai miracle.

 

Après cet accident, Anna raconte ce qui s’est passé dans l’arbre :

« Je suis allée au ciel quand j’étais dans cet arbre », a dit Anna ses parents (…). Je me suis assise sur les genoux de Jésus. »

 

La fillette raconte aussi comment elle a vu ange qui brillait et une lumière brillante quand elle a attendu pour le sauvetage à l’intérieur de l’arbre.

 

Source : GloriaTV

Miracles du ciel

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 13:06

Les Chariots de feu (Chariots of Fire) est un film britannique de Hugh Hudson, sorti en 1981.

 

Avec Ben Cross, Ian Charleson, Nigel Havers, Cheryl Campbell, Alice Krige, Ian Holm, Nigel Davenport, John Gielgud, Lindsay Anderson, David Yelland, Peter Egan et Nicholas Farrell.

 

 

Récompenses :

 

 

 

Source : Wikipedia 

Les chariots de feu
Les chariots de feu

Synopsis

 

Le film s'inspire librement de l'histoire vécue de deux athlètes britanniques concourant aux Jeux olympiques d'été de 1924 à Paris. L'Anglais Harold Abrahams (interprété par Ben Cross), juif, surmonte l'antisémitisme et la barrière de classe pour pouvoir se mesurer à celui que l'on surnomme l'Écossais volant, Eric Liddell (Ian Charleson) au 100 mètres. Liddell, fervent pratiquant protestant presbytérien, déclare cependant forfait car ses convictions lui interdisent de courir un dimanche. À la place, Liddell est autorisé à prendre le départ du 400 mètres, un jeudi.

 

Source : Wikipedia

Les chariots de feu

Dans une église de Londres se déroule une cérémonie à la mémoire d'Harold Abrahams, héros des jeux Olympiques de 1924.

 

Un journaliste, ami du disparu, se souvient. Tout commence en 1919, au Caius College de Cambridge, avec un défi relevé par Harold, fils d'un juif lituanien, pulvériser un record vieux de 7 siècles : le tour de la cour en moins de 16 secondes.

 

Source : Allociné

Les chariots de feu

Paris, 1924. Deux athlètes britanniques triomphent aux Jeux Olympiques. Plus que le simple exploit sportif, ce sont les raisons profondes qui ont mené l'un et l'autre sur les chemins de la victoire qui marque les esprits.

 

De confession juive, Harold Abrahams court pour défendre l'honneur de son peuple. De son côté, Eric Liddell puise son énergie dans sa foi en Dieu. Animé chacun par des convictions aussi personnelles qu'inébranlables, leur engagement à toute épreuve est une véritable leçon de vie.

Les chariots de feu
Les chariots de feu

Analyse

Le canevas est complexe et suit en parallèle les expériences d'Abrahams et de Liddell, tout en dressant le portrait de leurs caractères et de leur tempérament face à l'adversité.

Il y a une prédominance de thèmes sportifs, mais également culturels et même religieux. Ces thèmes sont souvent abordés à travers une comparaison des deux héros, qui diffèrent par leurs valeurs, modes de vie, croyances et comportements. La musique éthérée du film et le rapprochement entre la volonté du sportif et la foi religieuse donnent par moments un tournant mystique au film. D'autres thèmes sont présentés, comme la ferveur religieuse, l'antisémitisme, l'élitisme, l'engagement.

 

Véracité historique

Une scène du film relate une course durant laquelle les coureurs parviennent à faire le tour de la Grande Cour du Trinity College de Cambridge avant que ne sonne le douzième coup de midi. En réalité, cette scène fut filmée à Eton.

Il est admis que les seules personnes à avoir réellement réalisé le tour de la Grande Cour dans ce laps de temps sont David Burghley en 1927. Sebastian Coe lorsqu'il battit Steve Cram à l'occasion d'une compétition de charité en octobre 1988, Steve Cram et Sam Dobin en 2007.

Lord Burghley a inspiré le personnage de Lord Lindsay. Il participa aux jeux d'été de 1924 mais fut éliminé dès le premier tour. Il participa à nouveau aux jeux de 1928 et gagna une médaille d'or au 400 mètres haies. Par ailleurs, Lord Burghley étudia à Eton et Cambridge comme dépeint dans le scénario mais n'y fut pas contemporain d'Abrahams. Parce que, pour les besoins du scénario, le crédit de la course qu'il avait emportée au Trinity College fut attribué à Abrahams, David Burghley âgé de 76 ans à la sortie du film refusa de le visionner.

Le scénario prend également une grande liberté avec le refus d'Eric Liddell de courir le 100 mètres. Dans le film, Liddell apprend que la course aura lieu un dimanche alors qu'il s'apprête à embarquer sur le bateau qui doit mener l'équipe olympique britannique à Paris. En réalité, le calendrier fut publié plusieurs mois avant l'événement et Liddell consacra les mois qui suivirent à s'entraîner pour le 400 mètres, discipline dans laquelle il avait toujours excellé. La scène nous montrant Liddell remonter un retard de 20 mètres après une chute provoquée par un athlète français lors d'un 400 mètres contre la France est, quant à elle, véridique. C'est un masseur de l'équipe américaine qui fit remettre à Liddell un billet pour le soutenir dans ses convictions avant la course ; le réalisateur demanda à Jackson Scholz s'il acceptait d'assumer ce rôle, celui-ci déclara qu'il acceptait dès l'instant où c'était bon pour son image. Par ailleurs, le réalisateur Hugh Hudson, reconnait avoir pris la liberté de faire courir Liddell avec le billet en main, mais avoue une erreur de raccord, car sur les séquences en gros plans, l'on voit parfaitement que le coureur écossais ne possède pas le papier dans sa main droite.

Abrahams était un outsider lorsqu'il remporta le 100 mètres, battant ainsi tous les favoris américains, dont Jackson Scholz et Charlie Paddock. Il parvint en finale du 200 mètres mais termina sixième et dernier. Il remporta une seconde médaille, d'argent cette fois, en ouvrant le relais 4 × 100 mètres.

Arthur Porritt, médaillé de bronze du 100 mètres pour la Nouvelle-Zélande, ne désira pas que son nom apparaisse à l'écran. C'est un personnage fictif, Tom Watson, qui prend sa place.

La véritable épouse d'Abrahams s'appelle Sybill Evers et était effectivement chanteuse, Sybill Gordon est le nom d'une autre chanteuse qu'Abrahams n'a jamais épousée.

Aubrey Montague est connu sous le nom de Evelyn Aubrey Montague. Il arriva 6e au steeplechase 3 000 mètres.

 

Autour du film

Le titre est inspiré d'un poème de William BlakeAnd Did Those feet in Ancient Time, mis en musique par Charles Hubert Hastings Parry en 1916 dans son hymne Jerusalem, et devenu une chanson extrêmement légendaire dans la culture anglaise, véritable hymne patriotique très utilisé pendant les guerres passées, à tel point que le Premier Ministre Atlee a déclaré ironiquement en 1945 que les Anglais allaient construire une nouvelle Jérusalem en Angleterre.


Le poème contient de multiples références à l'Angleterre de l'époque, les universités connues, Napoléon, la Révolution industrielle, Jésus en Bretagne et, bien sûr, le prophète Élie dans le passage où le terme « chariot de feu » est utilisé. Le poème a en fait subi une énorme instrumentalisation en Angleterre du fait de la version musicale de 1916, tant et si bien que beaucoup croient que le titre du poème est Jerusalem, et que certains disent qu'il est le morceau anglais le plus connu après l'hymne national. Le poème sert aussi de préface à l'œuvre de Blake : Milton, a Poem paru en 1804 :

Bring me my bow of burning gold!
Bring me my arrows of desire!
Bring me my spear! O clouds, unfold!
Bring me my chariot of fire!
 
(Apportez-moi mon arc d'or incandescent / Apportez-moi mes flèches de désir / Apportez-moi ma lance ! Ô nuages, déchirez-vous / Apportez-moi mon chariot de feu)
 

À l'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2012, lors de la cérémonie d'ouverture, un hommage est rendu au film.

 

 

Source : Wikipedia

Les chariots de feu

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche