Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 10:00

A 14 mois, je suis à l'aise avec mon youpala ! 

 

 

Je traverse tout l'appartement sans difficulté !

Partager cet article

Repost0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 12:30

Si tout comme moi vous êtes amateur/trice de suspens, de sciences légales, d'intrigues criminelles et que vous aimez les séries télévisées comme, par exemple, "Les experts", vous serez comblé(e) en parcourant les différents ouvrages de Patricia Cornwell.

 

 Patricia Cornwell 08 

Voici un site où vous pourrez trouver toute son œuvre (en français), de 1992 à ce jour, et ce, dans l'ordre de parution de ses romans : FNAC.

 

L'œuvre de Patricia Cornwell se répartit en deux séries distinctes :

  • Kay Scarpetta, médecin expert général de l'État de Virginie
  • Virginia West, chef de police à Charlotte, État de Caroline du Nord 

D'autre part, tous les livres de Patricia Cornwell ont été entièrement remaniés (nouvelles traductions, nouvelle mise en page plus aérée) aux Éditions Hachette avec un tout nouveau look que je qualifie de vraiment très actuel.

 

Si vous me le permettez, je vous conseille plutôt d'acheter les ouvrages de cette dernière collection car, à mon avis, elle est plus agréable à lire que l'ancienne.

 

En tant que lecteur assidu de Patricia Cornwell, je tenais à lui rendre un hommage sur ce blog en lui dédiant quelques articles dans le but de vous faire connaître et apprécier cet écrivain de talent. Cependant, j'avais surtout à cœur de vous faire découvrir cette femme, la femme, qui est une battante à part entière et d'une grande générosité au propre comme au figuré.  

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

L'oeuvre de Patricia Cornwell

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 14:00

Née le 9 juin 1956 à Miami, Patricia Daniels n'a que cinq ans lorsque son père, avocat, abandonne le domicile conjugal. Deux ans plus tard, sa mère, Pat Daniels, déménage avec ses trois enfants pour Montreat, une petite ville de Caroline du Nord.

 

Patricia Cornwell 01

 

Affaiblie par des problèmes de santé, Pat confie ses enfants à la garde du célèbre prêcheur Billy Graham, dont l'épouse, Ruth, devient une figure tutélaire de la vie de Patricia. La très réticente petite fille se concentre alors sur la seule activité capable à ses yeux de lui faire oublier ses chagrins d'enfant : l'écriture. À neuf ans, Patricia écrit son premier poème, dédié à la mémoire d'Abraham Lincoln et, déjà, consacre plusieurs vers à décrire la blessure à la tête que reçut le président des États-Unis...

 

La seconde grande passion de Patricia sera le tennis. En 1974, elle rêve de connaître la gloire sur les courts de Forest Hills... En attendant, elle étudie, d'abord au King College de Bristol (Tennessee), puis au Davidson College. Elle fait ses premières armes dans le journalisme au Charlotte Observer, tout en donnant des cours de tennis, une discipline qu'elle abandonne peu après. En 1976, elle rencontre Charles L. Cornwell, un professeur d'anglais de dix-sept ans plus âgé qu'elle, dont elle tombe éperdument amoureuse. Diplômée en 1979, Patricia épouse Charles le 14 juin de l'année suivante. Elle poursuit ses efforts de journaliste, se spécialisant dans les faits-divers criminels, et se découvre une passion pour la recherche des indices, ainsi que pour les armes à feu.

 

En 1981, Charles Cornwell, qui a décidé de devenir pasteur, s'inscrit au séminaire de Richmond, en Virginie, où son épouse l'accompagne. Patricia se tourne alors vers l'écriture. Son premier travail littéraire a pour objet Ruth Graham, à laquelle « Patsy » consacre une biographie (A Time for remembering, Harper & Row, 1983). Après la biographie, Patricia s'essaie au roman policier. Son premier manuscrit est refusé par plusieurs éditeurs, mais elle s'acharne. Elle potasse les reines anglaises du suspense (Agatha Christie, P.D. James...), mais ne se reconnaît pas dans leurs univers et essaie de trouver un style qui lui est propre. Entre-temps, elle a été engagée comme informaticienne à l'Institut médico-légal de Richmond et rencontre Marcella Fierro, qui dirige la morgue, un lieu aussitôt magique aux yeux de Patricia. Le docteur Fierro lui inspire un personnage du roman qu'elle a décidé d'entreprendre. Le premier livre mettant en scène une Kay Scarpetta encore reléguée au second plan de l'action circule auprès des éditeurs alors que le mariage de Patricia est en train de sombrer. Les Cornwell divorcent à l'amiable en 1988.

 

Peu après, la jeune romancière met un point final à Postmortem, publié chez Scribner's en 1990, qui impose Kay Scarpetta comme la première femme médecin légiste de l'histoire du polar.

 

Patricia Cornwell - Postmortem

 

Fait exceptionnel et encore inégalé, ce livre rafle cette même année tous les grands prix anglo-saxons du roman policier : le Dagger Award, le Macavity Award, l'Anthony Award et le très envié Edgar Poe Award. En 1992, la France le couronne Prix du roman d'aventures, récompensant une Américaine pour la première fois.

 

Dès lors, au rythme d'un roman par an, Patricia amorce une carrière qui ressemble à un parcours sans faute. Elle a tiré un trait sur son passé, sans pour autant quitter Richmond qui reste le cadre de la vie tumultueuse de son héroïne, bientôt célèbre, comme elle-même, dans le monde entier. En 1993, elle reçoit la consécration anglaise suprême: le Gold Dagger Award, pour la première fois décerné à une Américaine.

 

Convaincue dès son plus jeune âge qu'il faut savoir donner à la mesure de ce qu'on reçoit de la vie, Patricia Cornwell finance une bourse portant son nom, réservée aux étudiants particulièrement doués pour l'écriture, au Davidson College de Caroline du Nord, où elle a obtenu son diplôme. En 1997, elle fait don de un million de dollars à cette même université et de un million de dollars à la fondation Barbara Bush, qui lutte contre l'illettrisme aux États-Unis.

 

En 1999, une partie des bénéfices de Cadavre X sont reversés au Jameson (Virginia) Rediscovery archeology project, pour son site de fouilles du plus vieux fort américain datant de la première moitié du XVIIe.

 

Patricia Cornwell 04

 

Mais c'est à l'institut médico-légal de Richmond que Patricia Cornwell a accordé sa contribution la plus remarquable. En 1999, elle a activement participé à la création d'une université novatrice, la première dans son genre aux États-Unis, destinée à former des médecins légistes et des pathologistes, le Virginia Institute of Forensic Science and Medecine. Patricia Cornwell a fait don de un million et demi de dollars, mais s'est aussi battue pour impliquer dans le projet les plus grands pathologistes et scientifiques, afin que cet institut devienne l'équivalent en médecine légale des plus grandes universités de médecine américaines.

 

Aujourd'hui, Patricia Cornwell partage son temps entre Richmond et New York. Elle dirige Cornwell Entreprises, Inc. qui s'occupe de son œuvre, de sa carrière et qui gère ses donations.

 

Patricia Cornwell a cédé en août 2000 les droits cinématographiques de la série Kay Scarpetta à Sony Pictures, et devrait être impliquée dans le film que Sony va préparer à Los Angeles. Elle a également un projet pour la télévision au printemps. Elle vient de terminer le nouveau Virginia West et commence à travailler au prochain Kay Scarpetta.

 

Patricia Cornwell reste l'un de mes auteurs préférés car elle maîtrise parfaitement le suspens, la fiction et la réalité. D'autre part, elle fait un travail remarquable et remarqué dans le domaine de la criminologie. Afin de mieux la connaître, je vous invite à vous rendre sur son site internet (voir ci-dessous).

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

 

 

Site officiel de Patricia Cornwell : http://www.patriciacornwell.com/

Partager cet article

Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 18:00

Dimanche 20 avril 2007, avec Céline, nous avons profité du beau temps pour aller nous promener au bord du lac Léman, entre Clarens et Montreux... 

     Lac Léman (22.04.07) 004 4 

Ensuite nous sommes rentrés par Aigle, le col du Pillon et... Gstaad ! Et là, j'ai dit à Céline : "Puisque nous sommes tout près du chalet de Johnny, pourquoi ne pas aller jeter un œil... ? Alors voilà le résultat, rien que vous...

 

Au premier plan, le chalet "Jade", relativement sobre vu la somme investie... 

    Chalet de Johnny Hallyday à Gstaad 01     

Nous avons été étonnés par la simplicité, du moins en apparence, des lieux...  

Ensuite, quelques garages (?) pour les futurs invité(e)s de Johnny et Laetitia ? 

    Chalet de Johnny Hallyday à Gstaad 02 

En repassant à Gstaad le 12 mai dernier, nous avons

pris encore quelques photos du chalet... 

    Chalet de Johnny Hallyday à Gstaad 03     

A vous d'apprécier les différentes prises de vue...

        Chalet de Johnny Hallyday à Gstaad 04 

pendant que le chalet appartient encore à Johnny ! 

    Chalet de Johnny Hallyday à Gstaad 05

 

Pour les amateurs, ses coordonnées GPS sont 46°27'47"N 7°17'56"E...

 

Et c'est à la sortie de Gstaad, sur la route en direction de Lauenen,

qu'il se situe (Lauenenstrasse).

 

Bonne semaine à toutes et à tous !

 

Georges & Céline Musy

Le chalet de Johnny Hallyday à Gstaad
Le chalet de Johnny Hallyday à Gstaad
Le chalet de Johnny Hallyday à Gstaad

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 18:30

Le 14 décembre 2006, j'ai été invité à dédicacer mon livre "Burn-out, il y a une issue !" chez Manor à Fribourg.

 

Au passage je tiens à remercier les responsables de cette soirée dédicaces pour leur gentillesse et l'excellente publicité qui a été faite pour mon ouvrage...

 

Burn-out livre dédicace 01 

 J'ai eu beaucoup de plaisir à dédicacer plusieurs exemplaires de mon livre...

 

Burn-out livre dédicace 02

 

à des personnes que je ne connaissais pas...

 

Burn-out livre dédicace 03 

Encore un grand Merci à la direction de Manor et aux responsables du rayon qui ont permis que cette soirée soit un bon tremplin pour faire connaître mon témoignage écrit sur la place de Fribourg !

 

Burn-out livre dédicace 04 

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

 

Burn-out livre 01

 

Si vous êtes intéressé(e) par cet ouvrage, vous pouvez le commander à l'adresse suivante :

 

Editions RDF, rue des Fontaines 2, CH-1816 Chailly/Montreux

Tél. +41 21 964 65 01 Internet : www.rdf.ch  e-mail : info@rdf.ch

Partager cet article

Repost0
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 20:23

Caión est un petit village typique de la Galice,

avec son petit port de pêcheurs...

 

Port de Caión

 

 Il se trouve à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de la Coruña...

  

Paseo Maritimo de Caión (4)

 

Son Paseo Maritimo a été entièrement restauré...

 

Paseo Maritimo de Caión (1)

 

La vue sur le front de mer est très belle... 

 

Paseo Maritimo de Caión (2)

 

C'est vraiment très agréable de s'y promener...

 

Paseo Maritimo de Caión (3)

 

Il n'est pas étonnant d'y apercevoir des dauphins,

comme à Barrañan d'ailleurs...

 

Paseo Maritimo de Caión (5)

 

Les couleurs sont vraiment harmonieuses...

 

Plage de Caión (1)

 

La plage est suffisamment grande et très agréable...

 

Plage de Caión (2)

 

C'est du pur bonheur, surtout le matin quand il ne fait encore pas

trop chaud et qu'il y a peu de monde... 

 

Plage de Caión (3)

 

Je vous laisse admirer ce paysage paradisiaque...

 

Plage de Caión (4)

 

La marée est relativement basse sur ces images...

 

Plage de Caión (5)

 

Pour celles et ceux qui arrivent tôt, il est possible de choisir

un joli coin aux pieds des rochers (voir ci-dessous)...

 

Plage de Caión (6)

 

Il est également possible de profiter de cette magnifique vue

depuis les bancs qui surplombent la plage...

 

Plage de Caión (7)

 

Quand la mer monte, la plage diminue fortement, mais cela n'enlève

rien au charme de ce joli petit village...

 

Plage de Caión (8)

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 19:12

Les jolies plages de Barrañan, en Galice, se situent

à une quinzaine de kilomètres de la Coruña...

 

Plage de Barrañan (1)

 

Il y a également une plage pour les naturistes (ci-dessous)

qui est généralement très bien entretenue...

 Plage de Barrañan (2)

 

Parfois, les lendemains de grande marée, la petite plage

est recouverte d'algues...

 

Plage de Barrañan (3) 

 Mais en haute saison, elles sont rapidement enlevées... 

 Plage de Barrañan (4)

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 17:07

Voici, en exclusivité pour vous, mon lieu de pêche préféré

quand je me rends à La Coruña...

 

La Coruña - San Amaro (1)

 

C'est à San Amaro, sur les rochers, juste à côté de la Punta Herminia... 

 

La Coruña - San Amaro (2)

 

En principe, c'est un endroit plutôt tranquille pour la pêche...

 

La Coruña - San Amaro (3)

 

Il s'agit de trouver les bons endroits et de laisser tomber

le fil dans un trou avec un plomb assez lourd...

 

La Coruña - San Amaro (4)

 

C'est très agréable de pêcher avec mes 2 fils aînés, Florian et Sébastien...

  

La Coruña - San Amaro (5)

 

Ils prennent également beaucoup de plaisir à pêcher ensemble

et suivent volontiers mes conseils...

 

La Coruña - San Amaro (6)

 

Parfois, il faut jeter des appats pour attirer les poissons...

 

La Coruña - San Amaro (7)

 

Inutile de vous préciser que cette pêche s'effectue en fonction des marées...

 

La Coruña - San Amaro (8)

 

Et il est très dangereux de ne pas observer les règles élémentaires

en matière de sécurité sur des rochers parfois très glissants...

 

La Coruña - San Amaro (9)

 

Par exemple, lors de marée haute, il est impossible de pêcher sur les rochers

que vous voyez ici car ils sont recouverts par la mer...

 

La Coruña - San Amaro (11)

 

Il s'agit également de faire très attention aux algues et aux différents

courants marins afin d'éviter les mauvaises surprises...

 

La Coruña - San Amaro (12)

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0
13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 11:14
Qui sont les chrétiens évangéliques ?
Qui sont les chrétiens évangéliques ?
Qui sont les chrétiens évangéliques ?
Qui sont les chrétiens évangéliques ?
Qui sont les chrétiens évangéliques ?

De nombreuses personnes, même parmi les protestants et les catholiques se posent cette question : Qui sont les évangéliques ? Sont-ils une « secte » en provenance des États-Unis d’Amérique qui désire conquérir, « globaliser » le monde ? De quel « mouvement » sont-ils issus ? Doit-on les « ficher » au même titre que les autres sectes ?

 

Rassurez-vous, je ne vais pas réécrire « un livre dans le livre » à ce sujet. Il existe des ouvrages qui traitent très bien ce thème et ce, de manière très précise[1]. En fait, le but de ce chapitre est de vous donner quelques indications, les plus exactes possibles, sur le « mouvement évangélique » en Suisse et en France voisine. Ma source principale provient d’un article écrit le 08.06.2002 par Brad Dickson.

 

Historique

 

« Le seizième siècle a vu naître, en la réforme protestante, un des mouvements les plus significatifs de l’histoire. La réforme, loin d’être un phénomène uniforme en Europe, se composait alors de quatre éléments principaux : l’Église Luthérienne en Allemagne, sous l’influence de Martin Luther, L’Église Réformée en Suisse, sous l’influence de Jean Calvin, et l’Église Anglicane en Angleterre.

 

La quatrième « aile » de la réforme, appelée parfois la « réforme radicale » poussait les idées des réformateurs encore plus loin. La réforme radicale était composée de groupes qui refusaient l’alignement avec le pouvoir politique, croyant à la séparation de l’église et de l’état. Une de leurs particularités était la croyance que le baptême ne devait être administré qu’aux adultes ayant fait profession de foi, et non aux enfants. C’est pour cela qu’on les appelait des « anabaptistes. »

 

Le mouvement évangélique d’aujourd’hui est l’héritier de cette réforme radicale du seizième siècle. Persécutés pour leurs idées non-conformistes, plusieurs de ces groupes ont immigré vers le « nouveau monde », ce qui explique en partie la forte concentration d’églises évangéliques en Amérique du Nord aujourd’hui.

 

Les réveils religieux du 18ème et 19ème siècle en Angleterre sont aussi générateurs de mouvements d’églises dites « libres ». Entre autre, sont nées à cette époque, les églises baptistes, méthodistes, églises de frères, et autres, toutes avec une doctrine évangélique.

 

En France, les guerres de religion n’ont pas favorisé la croissance du protestantisme. Néanmoins, il y a toujours eu, depuis le temps de Calvin, un courant évangélique, qui va croissant, particulièrement depuis la dernière guerre

 

Croyance

 

Les églises évangéliques partagent avec toutes les églises chrétiennes les doctrines centrales et historiques de la foi transmise par les apôtres. Les traits qui les distinguent pourraient être résumés comme suit :

  • un attachement particulier à la lecture de la Bible et personnelle et profonde de chacun pour devenir enfant de Dieu
  • la pratique de baptême : une majorité d’Églises évangéliques pratique le baptême des croyants (qui ont un engagement réfléchi par rapport à la foi et à l’église), c’est-à-dire le baptême de ceux qui ont fait un choix conscient de suivre le Christ
  • le désir de chaque membre de partager avec autrui le message de l’Évangile et la joie trouvée en Jésus-Christ
  • les cultes vivants grâce à une large participation de chacun.

Importance

 

On estime l’importance du mouvement évangélique, présent sur tous les continents, à environs 200 millions de membres, soit la moitié des chrétiens protestants. En France on recense à peu près 250’000 évangéliques qui se réunissent dans 2’800 lieux de culte. »

 

En Suisse, nous recensons également environ 250'000 évangéliques, dont environ 42'000 en suisse romande, ce qui correspond à environ 3,4% de la population totale.

 

Dans certains pays, les évangéliques sont considérés comme protestants. En Suisse, par exemple, nous avons l’église évangélique réformée qui est en fait l’église protestante. Le mot évangélique vient du mot Évangile qui signifie « Bonne Nouvelle ». Donc les évangéliques sont des porteurs de bonne nouvelle ! Ils désirent suivre Jésus-Christ, lui obéir et annoncer la

Bonne Nouvelle.

 

Contrairement à ce que certains médias suisses ont déclaré récemment en se référant au gouvernement de George W. Bush, le courant évangélique ne vient pas des USA. Au contraire, le mouvement évangélique d’aujourd’hui est l’héritier de la Réforme du 16ème siècle.

 

Ces chrétiens ont été persécutés pour leurs idées non-conformistes. C’est pour cette raison que plusieurs de ces groupes ont immigré vers le « Nouveau Monde ». Ceci explique en partie la forte concentration d’églises évangéliques aux USA et au Canada aujourd’hui. Cependant, il y a également une effervescence du mouvement en Amérique du Sud, notamment en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Mexique. Pour ne citer que ces pays.

 

Plusieurs « courants » ou « dénominations » découlent du mouvement évangélique : baptistes, charismatiques, églises des frères, églises évangéliques libres, méthodistes, pentecôtistes, etc.

 

Mon plus grand vœu est qu’un jour nous ayons une réelle IDENTITE, avec des convictions profondément enracinées dans la Parole de Dieu et que nous ayons une VISION commune pour bâtir ENSEMBLE l’avenir de notre pays, en nous présentant sous une même bannière, celle de l’amour :

 

« Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour. » (Cantique 2 ; 4)

 

Le mouvement évangélique est fondé sur la Parole de Dieu. Il est évident que cela dérange fortement les humanistes, les évolutionnistes et par conséquent les médias qui traitent les chrétiens qui fréquentent des assemblées évangéliques, la plupart du temps, de « chrétiens fondamentalistes ». Si être un chrétien fondamentaliste c’est suivre Jésus, mettre en pratique ce que nous enseigne la Bible, avoir de la compassion et de l’amour pour son prochain, alors je suis un chrétien fondamentaliste. Par contre, si être un chrétien fondamentaliste, c’est être un terroriste en devenir, alors je dis NON ! Je ne suis pas un terroriste et je ne le serai jamais.

 

A quelques exceptions près, toutes les assemblées évangéliques que je connais ont une confession de foi qui est basée sur la Bible, Ancien et Nouveau Testament, soit de la Genèse à l’Apocalypse, sur un seul Dieu, le Père, sur son Fils unique, Jésus-Christ et sur son Esprit Saint.

 

Il n’est pas question pour moi, chrétien né de nouveau, de partir en guerre contre le monde, de m’attaquer à des personnes physiques, de semer la terreur en faisant sauter des bombes ou encore de me faire sauter en tuant des gens au nom de mon Dieu.

 

Je ne peux pas adhérer aux guerres, aux attentats, à la torture et toutes autres formes de violence. Je ne peux pas non plus consentir aux abus de tout genre (xénophobie, racisme, harcèlement, avortement, etc.). Je ne peux pas cautionner le péché tout court.

 

Mon Dieu hait le péché, mais il aime ses créatures. Il aime le pécheur et il désire que chacun(e) réponde à son appel de Père en s’approchant de lui.

 

J’ai très à cœur de vois les gens sauvés. J’aime prier pour les personnes que je connais et qui ne croient pas (encore) en Dieu et à Jésus-Christ. Même si je ne vois pas le résultat dans l’immédiat, j’ai la certitude que Dieu entend mes prières et qu’un jour ces personnes pour lesquelles je prie auront la joie de connaître Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur de leur vie.

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

 


[1] « Qui sont les évangéliques ? », d’Albert Kuen, 1998, Éditions Emmaüs.

« Aux sources historiques des églises évangéliques », de Marc Lüthi, 2004, Éditions Je sème, Genève, Suisse

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche