Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 14:00
La citation du jour

"La France est un pays extrêmement fertile.

On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts."

 

Georges Clémenceau

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 14:00
Etre dans de beaux draps
Etre dans de beaux draps

Qui n'a jamais entendu ou utilisé cette expression : "Il s'est mis (fourré) dans de beaux draps !" ? A l'origine, "être dans de beaux draps blancs" désignait une personne accusée de luxure. Lisez plutôt ci-après...

 

Les "draps" ont longtemps désigné les "habits". Autrefois, on disait "être dans de beaux draps blancs". Cette expression décrivait une situation honteuse. En effet, à cette époque, les gens accusés de luxure devaient assister à la messe habillés de blanc, ce qui devait faire ressortir les aspects... "noirs" de leur vie !

 

Jusqu'à la fin du 17ème siècle, "mettre un homme en beaux draps blancs" signifiait le critiquer. "Être dans de beaux draps blancs" voulait donc dire que l'on était sujet aux moqueries, que l'on était dans une mauvaise situation.

 

Aujourd'hui, le qualificatif "blanc" a disparu, mais le sens de l'expression n'a pas changé.

 

"Se mettre ou être dans de beaux draps" signifie donc se retrouver dans une situation compliquée, voire même périlleuse.

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:00

En fait, nous ne pouvons pas gérer le temps car 1 heure reste 1 heure et 24 heures restent 24 heures ! Par contre nous pouvons gérer nos activités dans le temps que nous avons à notre disposition !

 

Gestion du temps 01 

Donc tous les séminaires qui parlent de la "gestion du temps" devraient plutôt parler de la gestion de nos activités, professionnelles ou autres, dans un temps donné !

 

D'ailleurs, une meilleure gestion de nos activités, surtout en pleine révision pour la préparation d'examens, est l'une des clés pour éviter un burn-out ! Alors pensez-y !

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 07:00
Prendre une veste...
Prendre une veste...

Après les votations de ce week-end, ce terme est plutôt d'actualité... du moins pour certain(e)s !

 

Il est assez courant d'entendre "Il ou elle s'est pris une veste..."

 

Quand on prend une veste (que ce soit d'un point de vue professionnel, affectif, sportif...), c'est que l'on a subi un échec.

 

Cette expression, qui date de 1867 très exactement, semble être une référence au jeu de carte appelé "capot" dans lequel on disait "mettre un adversaire capot" pour signifier qu'il avait subi un échec, qu'il était ruiné. Or, il existait également un vêtement du nom de capote, qui a donné l'expression "prendre une capote", puis au fur et à mesure cette expression s'est transformée en "prendre une veste".

 

Cette expression a gardé le sens originel de "être capot", c'est-à-dire "subir un échec."

 

Aujourd'hui nous disons également : "Il ou elle a pris une claque !" 

 

Bien à vous !

 

Georges Musy 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 15:00

Le pronostic du cancer du sein dépend de la taille et du stade de la tumeur (étendue, métastases), ainsi que du type de tumeur. Les femmes dont la tumeur a été découverte à un stade précoce (petite tumeur, pas d'atteinte des ganglions lymphatiques, pas de signe permettant de penser que la tumeur est agressive) ont les plus grandes chances de guérison.

 

D'où l'importance de la détection précoce.

 

Malheureusement, le cancer du sein, souvent très agressif, est aussi souvent découvert à un stade avancé, lorsqu'il a déjà fait des métastases. Dans ce cas, seules quelques patientes guérissent. Toutefois, les traitements dont nous disposons aujourd'hui nous permettent de faire régresser la tumeur pendant de nombreuses années, d'aider les patientes à conserver une vie de qualité et de soigner les symptômes douloureux ou handicapants. Les femmes ont largement contribué à ces progrès thérapeutiques en acceptant de participer aux études cliniques.

 

La recherche aujourd'hui

 

Les scientifiques tentent de déterminer avec plus de précision les facteurs de risque du cancer du sein (facteurs héréditaires, environnementaux, alimentaires et autres), de trouver des moyens de prévenir le cancer du sein (par exemple à l'aide de médicaments pour les femmes à risques), de développer des techniques chirurgicales moins agressives afin d'éviter le sentiment de mutilation, et d'améliorer l'efficacité de la chimiothérapie et de l'hormonothérapie afin d'augmenter le taux de guérison et d'aider les femmes atteintes d'un cancer du sein à conserver une vie de qualité.

 

Chaque année en Suisse, 1700 femmes environ meurent d'un cancer du sein. Cette maladie est responsable du 23 pour cent des décès par cancer chez la femme, qui sont estimés à 7300. Le graphique montre l'âge des femmes atteintes d'un cancer du sein au moment de leur décès.

 

 

Source : http://www.prevention.ch/lecancerdusein.htm

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 11:00

Voilà une recette qui me fait penser à mon enfance et que mon mari m’a demandé de vous transmettre : les ficelles picardes de ma mère… 

 Ficelles picardes 01 

C’est un vrai délice ! Dès qu’elle en faisait, mon appétit allait grandissant rien qu’en sentant les ingrédients mijotés... Je ne suis pas picarde pour rien !

 

C’est une préparation que nous enroulons dans une crêpe et que nous mettons à gratiner au four.

 

Recette pour 6 personnes

 

Ingrédients

 

Pour la pâte à crêpes :    

  • 150 g de farine
  • 2 œufs
  • 30 g de beurre
  • 25 cl de lait
  • sel

 

Pour la garniture :  

  • 300 g de champignons de Paris
  • 6 tranches fines de jambon blanc
  • 2 échalotes
  • 150 g de gruyère râpé
  • 20 cl. de crème fraîche épaisse
  • 1/2 citron
  • sel, poivre

 

Pour la béchamel :  

  • 20 g de beurre
  • 20 g de farine ou de maïzena
  • 12 cl. de lait
  • 10 cl. de crème fraîche épaisse
  • sel, poivre
  • noix de muscade

 

Préparation de la pâte à crêpes :

 

Faites fondre le beurre à feu doux. Laissez tiédir. Versez la farine en tas dans un saladier. Ajoutez le sel. Creusez un puits et cassez les 2 œufs. Tournez en partant du centre et en faisant tomber peu à peu la farine dans les œufs. Délayez avec le lait froid. Ajoutez enfin le beurre fondu. La pâte obtenue doit être lisse et sans grumeaux. Couvrez et laissez-la reposer 30 minutes afin que la pâte ne soit pas trop élastique.

 

Ficelles picardes 02

 

Pour avoir une pâte plus légère, remplacez 1/4 du lait par de la bière blonde que vous mélangerez à la pâte juste avant de cuire les crêpes.

 

Préparation de la béchamel :

 

Faites fondre le beurre dans une casserole. Ajoutez la maïzena en remuant sans cesse avec une cuillère en bois. Dès que le mélange a pris une couleur dorée, versez le lait. Faites cuire à feu très doux en tournant constamment jusqu'à épaississement. Hors du feu, incorporez 5 cl de crème fraîche. Salez, poivrez et parfumez de muscade.

 

Réservez au chaud.

 

Coupez le bout terreux des champignons, lavez-les, essuyez-les et coupez-les en petits morceaux. Pelez et hachez finement les échalotes. Faites-les revenir dans une poêle avec 25 gr de beurre sur feu doux pendant 3 minutes, puis ajoutez les champignons. Arrosez d'un filet de citron. Laissez cuire 8 à 10 minutes en remuant souvent. En fin de cuisson, toute l'eau de végétation rendue par les champignons doit être évaporée. Salez, poivrez. Ajoutez le jambon coupé en petits morceaux et la béchamel.

 

Mélangez et réservez.

 

Procédez à la cuisson des crêpes.

 

Ficelles picardes 03

 

Étalez dessus une couche de la préparation aux champignons, puis roulez les crêpes comme un cigare en serrant bien. Disposez-les dans un plat à gratin en les rangeant les unes à côté des autres. Nappez-les de 20 cl de crème fraîche. Poivrez et parsemez de gruyère râpé. Faites gratiner pendant 5 à 6 minutes sous le gril. Servez immédiatement.

 

Boisson conseillée : une bière blonde ou un vin blanc sec et léger

 

Si vous avez bon appétit, deux crêpes de tailles moyennes seront nécessaires, mais habituellement une seule suffit avec une bonne salade à côté.

 

Régalez-vous bien !

 

Céline

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 07:00
La repentance

Le mot repentance vient du grec « metanoïa » qui signifie métamorphose, transformation, soit en terme chrétien, un changement profond du moi fondé sur la Parole de Dieu. L’exemple suivant peut servir d’illustration :

 

Prenez une chenille qui se transforme en papillon. Dans un premier temps, la chenille, qui dans ce cas représente l’homme tel qu’il est avant la conversion, va construire un cocon ce qui correspond à la représentation de l’homme tel qu’il sera après la conversion. Une transformation va se produire dans ce cocon : cela peut correspondre à l’état de la repentance où l’homme confesse tous ses péchés à Dieu. Ensuite, lorsqu’elle sort de ce cocon, la chenille est devenue papillon ; elle est devenue une nouvelle créature :

 

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature (création). Les choses anciennes sont passées ; voici : toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5 ; 17)

 

Le plan de Satan, c’est d’infiltrer le péché pour provoquer la séparation entre l’homme (la créature) et Dieu (le Créateur) et ainsi amener l’homme à la mort spirituelle. Par contre, le plan initial, la volonté de Dieu est de sauver l’homme, peu importe les races, les couleurs de peau et les ethnies.

 

« Cela est bon et agréable devant Dieu, notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2 ; 3-4)

 

« … Il use de patience envers vous, il ne veut pas qu’aucun périsse, mais il veut que tous arrivent à la repentance. » (2 Pierre 3 ; 9)

 

La repentance comprend un changement radical d’attitude à l’égard des péchés du passé.

 

C’est également un changement de mentalité et logiquement cela conduit à un changement de comportement des valeurs dans votre vie. L’acte de la repentance s’effectue envers Dieu, le Père.

 

« … en proclamant (litt. : en attestant) aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus. » (Actes 20 ; 21)

 

S’il y a des péchés non résolus dans votre vie, je vous invite à vous retirer dans un endroit tranquille, de manière à pouvoir être en tête-à-tête avec Dieu sans risque de vous faire déranger par qui que ce soit et de faire ce qui suit :

  • confesser (avouer) vos péchés à Dieu, le Père, sans chercher d’excuse(s)demander pardon à Dieu, le Père
  • accepter le pardon de la part du Père
  • si cela est possible, réparer le mal que vous avez fait aux personnes

Dans le Nouveau Testament, nous voyons que la repentance a été prêchée en premier lieu par Jean-Baptiste :

 

« Repentez-vous, car le royaume de Dieu est proche. » (Matthieu 3 ; 2)

puis par Jésus :

 

« Dès lors Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous car le royaume des cieux est proche. » (Matthieu 4 ; 17)

 

et également par les disciples de Jésus :

 

« Ils partirent et prêchèrent la repentance. » (Marc 6 ; 12)

 

« Pierre leur dit : Repentez-vous… » (Actes 2 ; 3)

 

« … en proclamant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus. » (Actes 20 ; 21)

 

Donc il est faux de penser que Dieu, dans sa grande miséricorde sauvera tout le monde le jour du jugement dernier. Si vous pensez cela, alors permettez-moi de vous dire que vous faites fausse route car Dieu est un Dieu Saint qui hait le péché :

 

« Mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de même. » (Luc 13 ; 3)

 

« La vraie repentance a une référence qui rappelle le Sauveur. Quand nous nous repentons du péché, nous devons avoir un œil sur le péché et un autre sur la croix, et il serait encore préférable de fixer les deux yeux sur Christ et de regarder nos transgressions seulement à la lumière de son amour. La vraie tristesse à cause du péché est éminemment pratique, personne ne peut dire qu'il hait le péché, s'il vit dans le péché. La repentance nous fait regarder l'horreur du péché, pas seulement en théorie, mais par expérience, comme un enfant qui a touché le feu. Nous serons autant effrayés de ce péché que quelqu'un qui vient d'être agressé et volé est effrayé à la pensée d'un voleur même sur un chemin fréquenté; et nous le fuirons, nous en écartant en toutes choses, pas seulement dans les grandes, mais aussi dans les petites. Aussi bien des petites vipères que des gros serpents. Le vrai deuil pour le péché nous rendra très jaloux quant à notre propre langue, de peur qu'elle ne dise des paroles mensongères; nous serons très vigilants quant à nos actions quotidiennes, de peur de commettre quelque offense en quoi que ce soit, et chaque soir nous terminerons la journée par de douloureuses confessions de nos manquements, et chaque matin nous nous éveillerons avec d'angoissantes prières, qu'en ce jour Dieu veuille nous tenir debout afin de ne pas pécher contre lui.

 

La sincère repentance est continuelle. Les croyants se repentent jusqu'au jour de leur mort. Cette descente dans le puits n'est pas intermittente. Toute autre tristesse temporaire produit peu mais cette chère tristesse croît avec notre croissance, et c'est une amertume si douce!

 

Que nous remercions Dieu pour nous permettre de nous en réjouir et de le supporter jusqu'à ce que nous soyons entrés dans notre repos éternel. » (Charles Spurgeon)

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

La repentance
La repentance
La repentance

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 15:00

Les femmes souffrant d'un excès pondéral devraient perdre du poids. On suppose par ailleurs qu'une alimentation riche en légumes et pauvre en graisses animales diminue le risque de cancer du sein, bien qu'il soit impossible de prévenir réellement le cancer du sein. En revanche, il est important de détecter et soigner le cancer du sein à un stade précoce d'autant plus que les petites tumeurs bien localisées offrent de plus grandes chances de guérison que les tumeurs avancées. De plus, le traitement des petites tumeurs n'implique pas toujours une ablation de la glande mammaire (mastectomie). Enfin, les femmes qui possèdent des facteurs de risque doivent accorder à la détection précoce toute l'importance qu'elle mérite.

 

Toutes les femmes devraient palper attentivement leurs seins une fois par mois (juste après les règles ou le même jour du mois après la ménopause) et consulter leur médecin sans tarder en cas de modification suspecte. Les femmes qui souhaitent savoir comment pratiquer l'autopalpation du sein peuvent se procurer le dépliant ad hoc intitulé "observer-prévenir" auprès de la Ligue contre le cancer, où elles pourront également louer une vidéo.

 

Les femmes âgées de plus de cinquante ans sont vivement encouragées à se soumettre tous les deux ou trois ans à une mammographie (tous les ans si elles ont des facteurs de risque). La quantité de rayons X émis pendant cet examen ne représente aucun danger pour la santé.

Au contraire, la mammographie permet de détecter de toutes petites tumeurs à un stade très précoce, lorsqu'elles ne sont pas encore palpables. De plus, elle est très utile pour poser un diagnostic lorsque la palpation se révèle incertaine ou difficile, par exemple lorsque le sein contient de nombreux nodules ou lorsque son volume est très important, parce qu'elle permet de mettre en évidence la taille et la localisation exacte de la tumeur.

 

Confirmation du diagnostic

 

Les tumeurs suspectes découvertes à la palpation ou à la mammographie doivent faire l'objet d'une biopsie (prélèvement de cellules ou de fragments de tissus pour les soumettre à l'analyse microscopique) afin de confirmer le diagnostic de cancer et définir le type de la tumeur. Il convient par ailleurs de déterminer l'étendue de la maladie en pratiquant diverses investigations de la peau, des ganglions lymphatiques, du squelette, ainsi qu'une radiographie du thorax et des examens de laboratoire.

 

Traitement

 

Le traitement est chirurgical dans 85 pour cent des cas, chez toutes les femmes dont la tumeur ne dépasse pas le sein ni les ganglions lymphatiques axillaires du côté atteint. L'opération consiste à ôter complètement la masse tumorale et les ganglions axillaires. Les femmes qui doivent subir une ablation complète de la glande mammaire peuvent bénéficier, juste après l'opération ou plus tard, d une reconstruction à l'aide d'une greffe (prélèvement de tissu au niveau de l'abdomen ou d'un muscle du dos) ou d'un implant (par exemple en silicone). La reconstruction d'un sein nécessite généralement plusieurs interventions pour donner des résultats satisfaisants sur le plan esthétique. Les prothèses de silicone sont aujourd'hui remplies d'un liquide très épais et recouvertes d'une surface spéciale permettant d'éviter la fuite de liquide ou la formation d'une capsule fibreuse autour de l'implant.

 

La chirurgie conservatrice a cependant remplacé les grosses amputations d'autrefois. Les femmes atteintes d'une petite tumeur, isolée et n'ayant pas encore envahi tous les ganglions lymphatiques, peuvent conserver une partie de leur sein et de leurs ganglions lymphatiques, moyennant une radiothérapie postopératoire qui consiste à irradier la glande mammaire, la paroi thoracique et dans certains cas le creux axillaire.

 

On recommande par ailleurs aux femmes qui ont un gros risque de récidive de se soumettre à une chimiothérapie de courte durée ou à une hormonothérapie après l'opération. Il convient également de bloquer la production d'œstrogènes par les ovaires. Après la ménopause, la prise de Tamoxifen, médicament qui bloque l'action des œstrogènes, permet d'inhiber la croissance de la tumeur.

 

Au stade avancé, le cancer du sein peut faire des métastases (migration des cellules cancéreuses) dans de nombreux autres organes, principalement les os, les ganglions lymphatiques, les tissus mous, les poumons, le foie, les ovaires et le cerveau. Le traitement consiste alors à aider la patiente à conserver une vie de qualité en soignant les symptômes de la maladie par l'administration de cytostatiques, d'hormones, de médicaments (antalgiques) ou par une radiothérapie.

 

Suivi médical et soutien psychologique

 

Les femmes qui ont été opérées d'un cancer du sein doivent généralement se soumettre à un contrôle radiologique une ou deux fois par année (selon le risque de récidive) et à des examens de sang. Le cas échéant, des exercices de gymnastique permettront de retrouver la mobilité du bras et de l'épaule du côté opéré, et de prévenir ou soigner le lymphoedème (gonflement de la peau dû à la diminution du nombre de ganglions lymphatiques).

 

Les femmes qui ont subi une mastectomie et qui n'ont pas pu bénéficier d'une reconstruction mammaire devraient porter un soutien-gorge spécial, pour des raisons à la fois médicales, psychologiques et esthétiques.

 

Il convient enfin d'accorder toute l'importance qu'il mérite au soutien psychologique, qui doit être offert à toutes les femmes et à leurs conjoints dès le diagnostic, avant et après l'opération, au moment du choix du traitement (radiothérapie ou chimiothérapie) et après le retour à domicile. Outre sa relation privilégiée avec son médecin, la patiente pourra bénéficier de la fréquentation d'un groupe d'entraide, qui lui offrira un soutien psychologique d'une forme un peu particulière, en lui permettant de rencontrer d'autres femmes atteintes de la même maladie. La Ligue contre le cancer se tient par ailleurs à la disposition de toutes les personnes qui souhaitent recevoir des adresses et des numéros de téléphone, ou la brochure intitulée "Vivre comme avant" spécialement écrite à l'intention des femmes ayant subi une mastectomie.

 

 

Source : http://www.prevention.ch/lecancerdusein.htm

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 15:00

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules de la glande mammaire. Il ne doit pas être confondu avec les nombreuses autres nodosités palpables, généralement bénignes, qui se développent dans le tissu conjonctif ou graisseux du sein. Ces nodosités ne sont pas non plus des précurseurs du cancer.

 

Cancer du sein 01

 

Fréquence

 

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme et touche chaque année en Suisse environ 3600 d'entre elles (100 sur 100 000). Le diagnostic est posé une fois sur cinq chez des femmes âgées de 35 à 49 ans, deux fois sur cinq entre 50 et 70 ans, et à nouveau deux fois sur cinq après 70 ans. Le cancer du sein touche très rarement les hommes.
(Source. Association suisse des registres des cancers, 1983-1987)

 

Symptômes

 

L'induration ou la nodosité palpable, généralement indolore mais comme "fixée" à la peau, constitue généralement le symptôme le plus fréquent du cancer du sein. Elle est parfois accompagnée de douleurs ou d'une sensation de tension ou de lourdeur. Les modifications palpables du sein ne sont pas toutes des cancers mais doivent toujours être examinées par un médecin, seule personne apte à poser un diagnostic.

 

D'autres signes peuvent apparaître, par exemple une rougeur ou une rétraction de la peau, une lésion du mamelon ou (rarement) un écoulement sanguinolent. La majorité des femmes atteintes d'un cancer du sein ne présentent aucun signe d'altération de l'état général et se sentent "en bonne santé" au moment du diagnostic.

 

Au stade avancé, les symptômes du cancer du sein sont très variables et dépendent principalement de la localisation et de l'étendue de la tumeur. Ils peuvent se manifester sous la forme de gros ganglions dans le creux axillaire du côté atteint, de douleurs dorsales (métastases osseuses), d'une toux d'irritation accompagnée d'une gêne respiratoire (métastases pulmonaires), d'une perte de l'appétit, d'une perte pondérale, d'un ictère (jaunisse, métastases hépatiques), etc. Tous ces symptômes doivent faire immédiatement consulter un médecin, même s'ils ne sont pas forcément le signe d'un cancer du sein.

 

Causes

 

Les causes exactes du cancer du sein ne sont pas connues. En revanche, nous savons qu'il existe de nombreux facteurs de risque qui augmentent la probabilité d'avoir un jour un cancer du sein. Outre les cancers du sein chez les femmes de la famille proche, qui constituent le principal facteur de risque, il faut signaler l'apparition précoce des premières règles, l'absence de grossesse, une première grossesse tardive, une ménopause tardive, certaines formes de "mastopathies" (indurations nodulaires bénignes, partiellement kystiques, survenant dans le corps glandulaire) ainsi que les tumeurs malignes du gros intestin, de l'utérus et des ovaires survenant chez la femme jeune. En outre, les femmes qui ont déjà eu un cancer du sein ont un risque plus élevé d'avoir un cancer dans l'autre sein. Enfin, l'excès de poids et une nourriture riche en graisses animales semblent également favoriser l'apparition du cancer du sein.

 

La pilule contraceptive et l'allaitement ne constituent en aucun cas des facteurs de risque de cancer du sein. Quant au traitement hormonal proposé aux femmes après la ménopause, il n'augmente pas le risque de cancer du sein mais ne devrait pas être prescrit avant d'avoir exclu la présence d'un cancer. En effet, l'apport d'œstrogènes seuls pourrait favoriser l'évolution d'un cancer déjà existant.

 

Source : http://www.prevention.ch/lecancerdusein.htm

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 11:00

Taxi 01

 

Un passager dans un taxi se penche vers l’avant pour pouvoir poser une question au chauffeur et lui touche l’épaule doucement pour attirer son attention.

 

Le chauffeur lâche un cri, perd le contrôle du véhicule, évite un autobus de justesse, monte sur le trottoir et s’arrête à quelques pouces de la vitrine d’un magasin !

 

Pendant quelques instants c’est le silence et le chauffeur déclare, d’une voix tremblante :

 

- Je regrette, mais vous m’avez vraiment fait peur !

 

Le passager s’excuse en disant qu’il ne pensait pas qu’un simple touché sur l’épaule pourrait l’apeurer autant. Le chauffeur répond :

 

- Ne vous excusez pas, c’est entièrement de ma faute. C’est ma première journée de conduite de taxi. Durant ces 25 dernières années, je conduisais un corbillard…

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche