Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 13:22

Les symptômes du burn-out ne sont pas aussi évidents qu’une jambe cassée ou une pneumonie. Comme pour la plupart des autres de formes de processus pathogéniques, on décrit plusieurs « stades » de burn-out.

 

Burn-out 09

 

Il s’agit d’une descente en spirale au fond d’un trou noir et la personne victime d’un burn-out peut expérimenter plusieurs de ces symptômes car ils peuvent se cumuler : 

  • L’épuisement – Un manque d’énergie associé à des sentiments de fatigue, une difficulté à continuer vos activités habituelles.
  • Le détachement – Vous vous isolez de vos amis. Vous mettez une distance entre vous-même et les autres, surtout avec ceux dont vous avez été proche.
  • L’ennui – Votre vie n’est plus (ou ne vous paraît plus) aussi amusante et enthousiasmante qu’elle l’était auparavant.
  • Le cynisme – Vous pouvez devenir négatif à l’égard de la vie, du travail, de la famille, de vos amis, de l’église. Vous pouvez commencer à remettre en question la valeur des amitiés, de vos activités et même celle de la vie.
  • Augmentation de l’impatience et de l’irritabilité – Vous devenez impatient avec les autres vous leur faites subir vos frustrations.
  • Un sentiment d’omnipotence – « Personne ne peut faire mieux mon travail que moi ! Je suis le seul qui peut le faire, personne d’autre ! »
  • Le sentiment de ne pas être apprécié – Des sentiments d’amertume, de colère et de rancune parce que vous ne vous sentez pas apprécié.
  • Un changement dans la manière de travailler – Maintenant, vous n’accomplissez plus votre travail comme avant. Vous ne fonctionnez plus à votre niveau de performance précédent.
  • Une éventuelle paranoïa – Vous passez du sentiment de ne pas être estimé à celui d’être maltraité ou menacé et vous pensez : « Quelqu’un veut ma peau ! »
  • La désorientation – Lorsque le burn-out continue, à long terme, il devient de plus en plus difficile de vous concentrer. La capacité à vous souvenir des dates, des noms est réduite au point qu’il se peut que vous oubliez même ce que vous alliez dire.
  •  Des plaintes psychosomatiques – Des maux de têtes, des refroidissements qui durent longtemps, des maux de dos ou des plaintes concernant d’autres douleurs, réelles ou inventées.
  • Le découragement – Une perte de courage, un sentiment de tristesse, aucune joie.
  • Une dépression majeure – Un état de déprime puis de dépression envahit la plupart des domaines de votre vie.
  • Le désespoir – Rien ne peut plus être fait.
  • L’impuissance – « Je ne peux rien faire. Je ne m’en sens pas capable. »
  • Le sentiment d’être sans Dieu – « Il m’a quitté, abandonné. »
  • La condamnation de soi – « C’est de ma faute ! » Il y a un sentiment de culpabilité parce que « vous vous êtes permis de tomber si bas ».
  • Des pensées noires ou suicidaires – « Je serai mieux si j’étais mort ! Je ne sers plus à rien ! »
  • L’absence de temps pour se détendre – Vous ne prenez pas de temps pour vous.
  • Des variations d’humeur – Vous pouvez passer par des hauts et des bas émotionnels plusieurs fois dans la même journée. 

En ce qui me concerne, voici les symptômes que j’ai eu sur une durée de plus ou moins 3 années avec une nette détérioration durant les 6 derniers mois :

 

Burn-out 25 

  • Santé - Maux de tête, vertiges, fatigue inhabituelle, troubles du sommeil, hypertension, pertes de mémoire, difficultés à m’exprimer, à réfléchir, à me concentrer. De plus, je n’avais plus envie de manger correctement et prenais souvent mes repas froids ce qui n’arrangeait pas mon estomac ni mes intestins.
  • Travail – Manque de motivation, incapacité à gérer mon temps, à planifier mes tâches, à maîtriser mon stress.
  • Couple – Je n’avais plus de rapports intimes avec mon épouse. En fait je n’avais plus envie de caresses, de contacts physiques, de sexualité, etc. Ma libido était au plus bas.
  • Famille – Je ne supportais plus le bruit, les enfants (ils avaient 10 et 12 ans en 2000), je perdais très vite patience, devenais très vite et très facilement irritable. Je devenais impossible à vivre pour ma famille et mon entourage.
  • Amis – Je ne supportais plus les réunions, les repas, les comités, la foule, etc.

Comme vous pouvez le constater, ces symptômes sont révélateurs. Dans un prochain article je vous parlerai des conséquences du burn-out.

 

Vous pouvez également retrouver quelques explications complémentaires sur le site de Swiss Burnout.

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche