Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 14:30

S’assurer d’avoir bien compris les raisons qui ont mené à l’épuisement est essentiel. Prendre le temps nécessaire pour refaire son énergie et soigner son corps l’est tout autant. S’entourer de toute l’aide nécessaire et poser ses exigences lorsque l’on se connaît mieux est un acte de prévention qui tiendra loin toute récidive. Travailler jour après jour à garder une bonne estime de soi est une sorte de passeport pour le mieux-être. Et surtout il faut rester vigilant à tous les signes physiques comme psychologiques qui sont autant de « lumières rouges » invitant à agir avant qu’il ne soit trop tard. (Marie Bérubé, psychologue)

 

Burn-out 22 

 

La plupart des personnes que je connais qui ont fait un burn-out ont changé radicalement d'orientation professionnelle ou se sont remises profondément en question. C'est aussi mon cas et ce changement contribue beaucoup à mon retour en douceur dans ma nouvelle vie professionnelle. Quand je sens que je deviens trop stressé, alors je vais prendre l'air quelques minutes. Ou alors je quitte mon bureau (j'ai besoin de changer d'endroit) et je me relaxe en buvant un jus de fruit, un verre d'eau ou un café. Généralement, après 15 à 20 minutes je peux retourner sur ma place de travail et poursuivre ce que je faisais.

 

De même, si vers 16h00 je sens que je suis fatigué, je rentre plus tôt à la maison, sans culpabilité aucune, car je sais que je ne suis pas irremplaçable (les cimetières sont remplis de personnes irremplaçables)...Je ne perds pas des yeux les objectifs suivants que je me suis fixé, au risque parfois de déplaire à certaines personnes :

  • Tout d’abord, je me fais confiance. Je tiens compte de mes intuitions, de mes émotions de mes malaises tant physiques que psychologiques. Je sais que mon corps détient sa propre sagesse et ses signaux de fatigue et de stress.
  • Contrairement à avant mon burn-out, je ne me livre jamais au-delà de mes propres capacités et  je conserve une partie de mes énergies pour moi-même, ma famille et pour mes imprévus.
  • Je n'accorde plus trop d’importance à l’opinion des autres, à leurs critiques, à moins que cela ne vienne de quelqu’un que je respecte et en qui j'ai une grande confiance. J'ai appris que mes valeurs, même si elles sont différentes sont tout aussi importantes et défendables que celles des autres.
  • J'ai vraiment appris à dire NON.  Il m'arrive d’exprimer ce que je pense et aussi de parfois changer d’idée.
  • J'évite la compagnie des personnes qui remettent systématiquement mes valeurs en question et qui me considèrent comme étant "un maillon faible".
  • J'évite la compagnie de personnes qui ne savent que se plaindre et parler en mal des autres. J'appelle ces personnes des CDD (Confrérie Du Découragement) ou CDI (Confrérie Des Insatisfaits).
  • Je m'entoure de gens plaisants, positifs et heureux, de personnes qui me font du bien et qui sont crédibles à mes yeux. J'ai assez donné dans le passé pour des personnes qui ont abusé de ma gentillesse, de ma bonté, de ma générosité.
  • Je fais de mon mieux pour cesser de chercher des explications aux attitudes et comportements des autres qui n’en ont pas ou qui n’ont aucun rapport avec moi.  Je me concentre sur mes objectifs et laisse aux professionnels de l’aide le soin de faire leur travail. A chacun son métier, son appel, son ministère.
  • Je m'offre parfois quelques petites récompenses et j'ose me féliciter pour les bonnes choses que je fais.

Je remercie Dieu pour Sa bonté, Sa patience et pour les changements qu'Il a opéré dans ma vie professionnelle. Je lui dois tout. C'est Lui qui a donné un sens à ma vie et c'est Lui qui m'a permis de me sortir du burn-out et de changer.

 

J'espère que ces différents articles pourront vous aider à mieux comprendre le burn-out. Alors si vous connaissez une personne dans votre entourage (ami, famille, collègue, etc.) ou si vous-même êtes pris(e) en plein tourbillon du burn-out, sachez qu'une tempête, un ouragan ou un cyclone fini toujours par s'arrêter. Certes, ce n'est pas facile de traverser une tempête, mais le soleil n'est pas très loin.

 

Et surtout, ne devancez pas votre corps en tentant un retour prématuré sur votre lieu de travail car le résultat peut être catastrophique.

 

Burn-out 17

 

Le burn-out se soigne. J'ai aussi du prendre des médicaments (anti-dépresseurs, somnifères) pendant un certain temps pour m'aider à reprendre un rythme qui correspond à ma personne.

 

J'ai mis 28 mois pour m'en sortir; certains mettent moins de temps, d'autres davantage... Nous sommes toutes et tous différents face à la maladie. Nos corps n'ont pas tous la même capacité de récupération, alors il est inutile de mettre la charrue avant les boeufs, même si c'est un moment douloureux à passer.

 

Voici quelques sites Internet qui pourront sans doute vous aider à mieux comprendre cette maladie du 21ème siècle qui va hélas en croissant dans notre pays...   

 

http://www.swiss-burnout.ch/index.php?id=4&L=1

 

https://www.burnout-institute.org/index.php

 

http://www.noburnout.ch/

 

https://www.rts.ch/services/recherche/?q=burn-out

 

http://stephanne.over-blog.com/

 

 

Bien à vous !

 

Georges Musy

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche