Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 08:05

Le Procès du siècle ou Déni au Québec (Denial) est un film britannico-américain réalisé par Mick Jackson, sorti en 2016. Il est adapté de l'ouvrage History on Trial: My Day in Court with a Holocaust Denier dans lequel l'historienne Deborah Lipstadt relate le procès qui l'a opposée en 2000 au négationniste David Irving.

 

Avec Rachel Weisz, Tom Wilkinson, Timothy Spall, Andrew Scott, Jack Lowden, Alex Jennings, Mark Gatiss et John Sessions.   

 

 

Source : Wikipedia

Le Procès du Siècle

Synopsis

 

Deborah Lipstadt, historienne américaine et auteur reconnue, enseigne l'histoire et la mémoire de la Shoah. Elle se voit confrontée à un écrivain extrémiste, avocat de thèses négationnistes sur le régime nazi, le Britannique David Irving, qui la met au défi de prouver l'existence de la Shoah. Deborah Lipstadt ayant dénoncé dans un livre les manipulations et les préjugés idéologiques de David Irving, celui-ci l'assigne en justice pour diffamation, en Grande-Bretagne. Elle se retrouve dans la situation incroyable de devoir prouver que ce qu'elle a écrit sur Irving est vrai et fondé, notamment qu'il ment sciemment en niant notamment l'existence des chambres à gaz.

 

Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, et l'empêcher de profiter de cette tribune pour propager ses théories nauséabondes ?

 

 

Source : Wikipedia

Deborah Lipstadt et David Irving
Deborah Lipstadt et David Irving

Deborah Lipstadt et David Irving

La véritable histoire

« Le procès du siècle »  met en lumière le procès qui a opposé l'historienne Deborah Lipstadt à David Irving, un négationniste qui l'avait défiée de prouver l'existence de l'Holocauste.

Le combat d'une historienne pour faire reconnaître l'existence du pire. Le long-métrage « Le procès du siècle » relate les audiences qui ont eu lieu à la Haute cour de Londres, en 1997, opposant Deborah Lipstadt et ses avocats à David Irving, historien négationniste autoproclamé, qui assurait sa propre défense.

L'historienne américaine spécialiste de l'Holocauste, enseignante en études juives à l'Université Emory (Géorgie), est incarnée par Rachel Weisz. Elle s'était attirée les foudres de David Irving avec son livre publié en 1993, « Denying the Holocaust: The Growing Assault on Truth and Memory », consacré aux négationnistes. Elle y évoquait l'auteur britannique, dont la carrière autrefois célébrée avait sombré lorsqu'il avait commencé à exonérer la responsabilité d'Adolf Hitler dans la solution finale : « Un partisan d'Hitler qui porte des œillères et déforme les documents, afin d'aboutir à des conclusions historiquement intenables, spécifiquement celles qui excusent Hitler », avait écrit Deborah Lipstadt.

 

Ce livre, assurait Irving, avait nui à son image et à ses contrats d'édition, jadis fructueux. C'est pour cela qu'en septembre 1996, David Irving a porté plainte contre Deborah Lipstadt et sa maison d'édition, Penguin Books, pour diffamation. Avec une spécificité : au Royaume-Uni, c'est à la personne poursuivie de prouver la véracité des propos en question. L'historienne a donc dû prouver l'existence des chambres à gaz face à un adversaire motivé : « Je pense qu'il pensait que j'étais une Américaine, qui était loin, que j'étais une femme et que je ne me battrais pas. Il pensait aussi qu'il se ferait de la publicité », a-t-elle expliqué au «Guardian». Beaucoup ont tenté de dissuader Deborah Lipstadt d'aller jusqu'au tribunal, l'incitant à signer un accord et dédommager David Irving : « Ne te bats pas, ignore-le. Mais si j'avais perdu, il aurait été illégal d'appeler le plus grand négationniste du monde un négationniste. » Mais elle ne pouvait laisser «la version de l'Holocauste de David Irving être la véritable version ».

Timothy Spall, qui incarne David Irving dans le film, dit ainsi de lui : « Il croit des choses qui sont offensantes pour beaucoup, non pas seulement pour les juifs ou les familles de victimes de l'Holocauste. »

 

Des années de recherches et de préparation

Près de cinq ans de travail ont été nécessaires pour rapporter des preuves factuelles de l'extermination de masse des juifs d'Europe décidée par le IIIème Reich. Pour se défendre, Deborah Lipstadt avait fait appel à des ténors du barreau londonien dont Anthony Julius, connu au Royaume-Uni pour avoir été l'avocat de Diana dans son divorce avec le prince Charles, ou Richard Rampton, qui a appris l'allemand en un an pour se préparer à affronter David Irving, germanophone, au tribunal.

Au terme de trois mois d'audiences d'un procès tendu, le juge a tranché en faveur de Deborah Lipstadt, qualifiant David Irving de raciste, antisémite et négationniste et brisant la réputation qui lui restait. En 2006, David Irving a été condamné à 13 mois prison pour avoir nié l'Holocauste en Autriche, où il s'était rendu pour parler devant des étudiants d'extrême droite.

 

Ruiné mais en quête d'une nouvelle gloire

Depuis ce procès médiatisé, David Irving a été ruiné, condamné à régler deux millions de livres en frais. Mais il assure avoir retrouvé un nouveau public sur internet : « L'intérêt pour mon travail a grandement augmenté ces deux ou trois dernières années. Et ce sont surtout de jeunes gens. Je reçois des messages d'adolescents de 14, 15 ou 16 ans en Amérique. Ils me trouvent sur Youtube, où il y a 220 de mes conférences, et ces jeunes gens me disent qu'ils font des nuits blanches à les regarder. Ils rentrent en contact avec moi car ils veulent découvrir le vérité sur Hitler et la Seconde guerre mondiale. Ils ont toutes sortes de questions. Je reçois 300 à 400 emails par jour. Et je réponds à tous. J'ai construit une relation avec eux», a-t-il déclaré, cité par le « Guardian ». A la fin de l'année dernière, peu de temps avant la sortie du «Procès du siècle», il a entamé une nouvelle tournée, voulant vanter ses «50 années à défendre la véritable histoire contre ses ennemis», comparant, lors d'un événement auquel un journaliste du «Daily Mail » s'était rendu, Auschwitz à Disneyland et l'Holocauste à un «outil marketing».

Face à ce nouveau public qui lui fait de généreux dons lui permettant de rouler en Rolls-Royce, David Irving a promis de nouveaux écrits. « Je fais partie de la cure », jure-t-il, assurant que ses fans américains soutiennent Donald Trump : « Les gens ne font pas confiance à ce que les gouvernements et les journaux leur disent. Ils cherchent quelqu'un pour leur fournir une solution. Et ils me trouvent ».

 

Source : Paris-Match

Le Procès du Siècle
Le Procès du Siècle

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog familial de Georges, Céline & Estéban
  • : Blog familial où vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s ! Nous vous invitons, par exemple, à découvrir la Galice, ce qu'est le burn-out (avec des pistes pour s'en sortir), la traite des femmes en Suisse, qui est vraiment Jésus-Christ, quelques humoristes, etc.
  • Contact

Recherche